Les travaux pour la construction d’un incinérateur à gaz dans la cour du cimetière de Richelieu, qui ont démarré en janvier, prendront fin en juin. Les équipements de ce nouvel incinérateur seront importés de l’Inde. Selon nos sources, ce projet, estimé à Rs 8 millions, a vu le jour en raison de nombreuses plaintes reçues par le conseil de district de Rivière-Noire.

« Étant donné que la plupart des lieux de sépulture sont complets et que beaucoup des habitants de la région sont réticents par rapport aux projets de fosses communes, nous avons accueilli favorablement ce projet d’incinérateur. Nous avons pris toutes les dispositions nécessaires. Les habitants de la région n’ont rien à craindre : les cheminées de l’incinérateur ne cracheront pas d’émissions polluantes qui dépasseront les normes environnementales. Nous leur en donnons la garantie ! » rassure Steeve Magdeleine, président du conseil de district de Rivière-Noire. Un parking, qui fera place pour une cinquantaine de véhicules, sera également aménagé à proximité du nouvel incinérateur. « Nous allons faire agrandir la route menant à l’intérieur du cimetière pour éviter de créer des embouteillages », soutien une source proche de ce dossier. Pour rappel, le conseil de district disposait, depuis 2016, d’un premier incinérateur à Montagne Saint-Pierre, à Bambous, à quelques mètres à l’arrière du conseil de district de Rivière- Noire.

Selon nos sources, depuis sa création, environ 60 personnes ont été incinérées à cet endroit, soit une vingtaine par an, dont la majorité de foi catholique. Jessie, dont un proche a été incinéré à Phoenix, explique : « Mon oncle avait, avant sa mort, exigé qu’il soit enterré dans la même tombe que sa soeur, au cimetière de Saint-Jean. On n’a malheureusement pas pu le faire car il n’y avait plus de place. Ce qui est navrant. Mon oncle, qui était de foi catholique, était un fervent croyant et pratiquant. Mais nous n’avions pas d’autre choix ! » Par ailleurs, Médine a offert un terrain de quatre arpents au conseil de district de Rivière- Noire pour l’aménagement d’un nouveau cimetière dans la région. « Nous avions déjà évoqué la possibilité d’avoir recours aux fosses communes pour enterrer les morts dans le passé. Mais nous nous sommes confrontés à pas mal de résistance avec certains croyants très ancrés dans la pratique religieuse. Comme Médine nous a offert la possibilité de ce nouvel espace, nous allons faire en sorte que ce dernier soit utilisé judicieusement », promet Steeve Magdeleine.

Par ailleurs, le conseil de district de Rivière-Noire a obtenu l’aval du gouvernement pour trois autres projets dans la région, soit un “mini-foot” à Bambous, un nouveau Village Hall à Tamarin, à côté du Village Hall existant, ainsi qu’un centre polyvalent à Gros-Cailloux. Ces trois projets sont estimés à Rs 18 millions.