Continuer à vivre le festival Île Courts en dehors de cet événement d’une semaine… Porteurs d’image nous proposent de faire durer le plaisir régulièrement au cours de l’année en commençant par un premier rendez-vous le mercredi 14, concocté en partenariat avec le festival international de Clermont Ferrand. Comme pour faire écho à la Fête nationale, le programme sera marqué par les notions de diversité et de différence. Diversité des formes (docu, fiction et animation), milieux et situations, des pays de création et bien sûr des propos caractérisant les neufs films sélectionnés pour cette soirée cinéphilique qui se tiendra à 19 heures à l’IFM.
Yuri Lennon a atterri sur Alpha 46, une des lunes de Jupiter, rien de moins que cela ! En 14 minutes, Anthony Vouardoux nous raconte à quel étrange paradoxe ce héros interplanétaire de fiction s’est retrouvé confronté dès qu’il a posé le pied sur cette lune en milieu hostile. Ce petit film devrait d’emblée capter l’attention. Suivra l’histoire bien réelle quant à elle de La Patrona, une communauté mexicaine de Veracruz, où un groupe de femmes offre quotidiennement un peu d’amour, de foi et de courage aux migrants en provenance d’Amérique centrale, qui tentent de gagner les États-Unis. Ce documentaire – le seul de la soirée – réalisé par Lizzette Agüello est sorti en 2009 (durée de 4 minutes).
À 16 ans, Modibo vient d’arriver en France à la faveur d’un regroupement familial et ne comprend guère le monde auquel il est confronté. À l’heure des premiers émois, il voit en Nadira, une jeune danseuse de son âge, la possibilité de retrouver ses marques. Dounouia, la vie est une fiction d’Olivier Broudeur et Anthony Queré (20’, 2009). Maillot de bain 46 (Badpakje 46) nous entraîne dans l’univers des piscines publiques. Un peu potelée, la petite Chantal (12 ans) ne trouve pleinement sa joie de vivre que lorsqu’elle est à la piscine, où elle s’entraîne de manière intensive. Mais du jour où elle a besoin de nouvelles lunettes, rien ne se passe plus comme prévu.
Fiction belge de Wannes Destoop (15’, 2010).
Alter Ego est assurément le film le plus récompensé de cette programmation avec le Prix d’interprétation masculine, le Prix du meilleur scénario à Brest, le Prix des lycéens à Vaux-en-Velin et enfin le Prix de la presse avec Mention spéciale comédien au festival international de Clermont Ferrand. On a tous rêvé de rencontrer le prince charmant dans un jardin public, peut-être même Nadir et Esther que tout sépare (photo ci-contre).