Tomb Raider : en salle aux cinéma Star

Film d’aventure de Roar Uthaug
Avec Alicia Vikander, Dominic West, Walton Goggins

SYNOPSIS

Lara Croft, 21 ans, n’a ni projet ni ambition. Fille d’un explorateur excentrique porté disparu depuis sept ans, cette jeune femme rebelle et indépendante refuse de reprendre l’empire de son père. Convaincue qu’il n’est pas mort, elle met le cap sur la destination où son père a été vu pour la dernière fois : la tombe légendaire d’une île mythique au large du Japon. Mais le voyage se révèle des plus périlleux et il lui faudra affronter d’innombrables ennemis et repousser ses propres limites pour devenir Tomb Raider…

Tomb Raider est la troisième adaptation cinématographique de la célèbre série de jeux vidéo Tomb Raider. Il s’agit plus précisément d’un reboot de la franchise cinématographique composée de Lara Croft: Tomb Raider (2001) et Lara Croft : Tomb Raider, le berceau de la vie (2003), tous deux portés par Angelina Jolie dans la peau du rôle-titre. Dans ce film, nous revenons vers les débuts de cette autre Indiana Jones.

Le rôle est cette fois tenu par Alicia Vikander, qui s’est déjà illustrée dans quelques grands films, dont Pure, Royal Affair, Agents très spéciaux, The Danish Girl, entre autres.

Le budget de Tomb Raider est estimé à 95 millions de dollars. Pour rappel, d’autres jeux vidéos qui ont été portés à l’écran sont, entre autres, Assassin’s Creed (2016), Warcraft : Le commencement (2016), Prince of Persia : Les Sables du temps (2010), Silent Hill (2006), Hitman : Agent 47 (2015), Street Fighter : L’Ultime Combat (1994), Mortal Kombat (1995), Max Payne (2008), Need for Speed (2014), Resident Evil (2002)…


Du jeu au film

Les jeux vidéo Tomb Raider conjuguent les scènes d’action pure à des passages d’aventure et d’énigmes. L’héroïne, Lara Croft, évolue dans des décors en 3D temps réel, accompagnée d’un fond sonore destiné à immerger le joueur dans les décors visités ou à surligner les événements qui arrivent à l’écran.

Dès le premier épisode, cette série connaît un succès planétaire, et les fans de Tomb Raider se multiplient. Après trois premiers épisodes très bien accueillis, et un quatrième qui les surpasse en tous points, la série s’essouffle à cause du manque d’évolution et d’innovation. Après le cinquième épisode, trois ans s’écoulent, et les fans s’impatientent, attendant la sortie du sixième volet, Tomb Raider : L’Ange des ténèbres. L’éditeur de la série, Eidos, décide de sortir le jeu avant qu’il ne soit fini, ce qui oblige l’équipe de développement à créer de nombreuses coupures et à supprimer énormément de passages dans cet opus qui aurait pu, selon beaucoup, devenir l’un des meilleurs épisodes de la série. Malheureusement, c’est un épisode terminé à la va-vite et truffé de bugs qui se révèle au public, si bien qu’Eidos finit par retirer la licence de la série à son développeur originel, Core Design, pour la donner à Crystal Dynamics en 2005.

À la suite de ce changement sort d’abord Tomb Raider: Legend. Dans cet épisode, tout a été retravaillé, du gameplay à la biographie même de l’aventurière, en passant par le rendu graphique. C’est un épisode assez bien accueilli, car il revient aux origines de Lara et tire un trait sur les environnements jugés trop urbains de l’opus précédent, mais qui déçoit malgré tout par son manque de difficultés. Par la suite, le projet de créer un remake de Tomb Raider 1 est lancé, et deux jeux différents se développent en parallèle : l’un par Core Design, l’autre par Crystal Dynamics. Eidos tranche et décide finalement de publier la version de Crystal Dynamics, Tomb Raider: Anniversary, ce qui signe pour de bon la fin de Core Design quant à la série.

Fin 2008, arrive enfin Tomb Raider: Underworld, le dernier épisode sorti sur consoles de sixième génération qui, à l’instar de Tomb Raider: Legend, est jugé trop simple par les fans.

En mars 2010, Crystal Dynamics annonce Lara Croft and the Guardian of Light, le premier épisode d’une série dérivée, celle des jeux Lara Croft, pour faire patienter les fans en attendant le neuvième épisode.