Le récent Festival international du cinéma et de l’audiovisuel du Burundi, plus communément appelé le Festicab, a récompensé la comédienne Kitty Philips d’un de ses trophées pour son interprétation de l’émouvant personnage d’Eve, dans le film d’Harrikrishna et de Sharvan Anenden, Les enfants de Troumaron. L’équipe du film, qui n’a pu faire le déplacement, se réjouit de cette récompense qui après une distinction au Fespaco 2013 (Prix Oumaou Ganda de la première oeuvre) a reconnu le talent de ce premier rôle, vendredi dernier lors de la soirée de clôture à Bujumbura sur le lac Tanganiyika.
Kitty Philips était à Maurice quand les organisateurs du Festicab ont annoncé le palmarès de l’édition 2013 de ce festival de cinéma du Burundi. Ces rencontres récompensent chaque année une série de films nationaux (fictions, documentaires, courts et longs métrages) et une série de films internationaux, dans lesquelles le cinéma africain tout entier est à l’honneur. La comédienne qui vient d’avoir un bébé, recevra donc son trophée par la poste.
Depuis sa présentation en salle et de l’avis de l’auteure et scénariste des Enfants de Troumaron, Ananda Devi, la crédibilité de ce film repose en grande partie sur les épaules de Kitty Philips, à la fois parce que ce rôle principal est présent à l’écran presque de bout en bout et parce que la comédienne a su s’approprier ce personnage, qui ne lui ressemble pas, d’une jeune femme en galère des cités mauriciennes, confrontée à l’alcoolisme d’un père violent et au désespoir mutique d’une mère, en proie à la luxure des hommes et à l’ambiguïté malsaine d’un professeur de collège en mal de sexe. Malgré une situation inextricable, Eve est une jeune femme de tête qui n’accepte pas la condition qui lui est destinée et dans ce sinistre dédale, elle formule un vif espoir de liberté et d’amour. Elle s’esquisse un chemin chaotique et dangereux, mais dans lequel elle reste fidèle à la parole qu’elle s’est donnée et qu’elle a donné à son amie Kavita. Le jury du Festicab a été sensible à l’interprétation touchante et mesurée que Kitty Philips a proposé de ce rôle.
Contactée hier, la comédienne nous a confié qu’après ce premier, elle pourrait finalement être intéressée à revivre une expérience similaire, alors qu’elle avait tendance à dire il y a un an qu’elle était passée à une autre étape de sa vie. Elle évoque des projets en cours pour lesquels cependant les financements demeurent à trouver. Les enfants de Troumaron fait partie des cinq films africains récompensés dans la sélection internationale de cette édition du Festicab, à savoir La pirogue du Sénégalais Moussa Touré qui rafle deux prix (meilleur réalisateur et meilleur long métrage après l’étalon de bronze au Fespaco), Androman, de sang et de charbon de Az Larabaloui Lam-Harzi (meilleur rôle masculin attribué à Mohamed Khouyi, Maroc), de Vol spécial de Fernand Melgar (meilleur documentaire, Suisse) et de La main gauche de Fadil Chouika (meilleur court-métrage, Maroc). Présidé par Léonce Ngabo, le Festicab 2013 avait pour marraine la comédienne et réalisatrice malienne Fatoumata Coulibaly et portait sur le thème : « Le cinéma au service de la paix et du développement ». Un message de poids dans cette région des grands lacs…