Coïncidence de calendriers et logique régionale… Lonbraz Kann va ouvrir officiellement en avant-première mondiale le Festival du Film d’Afrique et des Îles (FIFAI) le jeudi 2 octobre à 18 h au cinéma Casino, dans la ville du Port. Ce sera la toute première projection publique du long-métrage de notre compatriote David Constantin, une fiction sur la fermeture d’une usine sucrière, les aléas, drames et interrogations qu’elle entraîne. Le réalisateur sautera ensuite très vite dans l’avion pour la Belgique, où le Festival international du film francophone de Namur (FIFF) a programmé deux projections les 4 et 7 octobre.
Fe Net Océan Indien est le prix pour lequel Lonbraz Kann est en compétition au FIFAI aux côtés de deux documentaires, Ady gasy de Lova Nantenaina, un film franco-malgache sur les évolutions industrielles actuelles, et Le syndrome mahorais de Frédéric Lambolez et Jean-Marie Pernelle sur les craintes qu’a fait naître la départementalisation de Mayotte chez ceux qui auraient préféré l’indépendance. Comme l’explique Mohamed Saïd Ouma, qui a pris la relève d’Alain Gili à la tête de l’événement, ce prix concerne les productions de la région et recoupe, à travers sa dénomination en créole, à la fois l’idée de « faire naître » et de fenêtre…
Chez nous, Gopalen Chellapermal a déjà reçu ce prix, actuellement doté de 5 000 euros, pour Les Moz’arts de Roche-Bois. Le FIFAI décerne également le Prix jeunesses pour lequel quatre courts ou moyens métrages sont en compétition, et le Prix du public avec trois fictions de cinéma ou d’animation et un documentaire cette année. Ces derniers films peuvent venir des pays d’Afrique ou des diasporas africaines…
Comme chaque année, de nombreuses séances scolaires sont proposées dans le cadre de ce festival à partir du 29 septembre. Des rencontres avec des réalisateurs des films présentés sont organisées, comme cette année avec le Brésilien Joel Zito Araujo ou encore le Sud-Africain Vincent Moloi, ainsi que le directeur de l’école d’art et de cinéma de Durban, Franco Human, entre autres. Avant sa projection au festival mauricien Île Courts, le film de Sophie Robert, La leçon d’anglais, sera présenté dans le cadre de l’Atelier Océan Indien aux côtés d’une série de courts-métrages le samedi 4 octobre. Ceux qui feront le déplacement pourront connaître le palmarès de cette édition le dimanche 5 octobre à partir de 18 h. Une présentation de la collection African Metropolis déclinera ensuite, à partir de 19 h, six regards contemporains sur de grandes métropoles africaines (Johannesburg, Dakar, Abidjan, Lagos, Nairobi, Le Caire).