Shivesh Lutchmeenaraidoo est arrivé tout en haut de la liste des candidats retenus par l’École supérieure des arts visuels (ESAV) de Marrakech, dont le concours a concerné cette année sept pays africains (Maroc, Algérie, Burkina-Faso, Sénégal, Côte d’Ivoire, Maurice et Madagascar). Une excellente nouvelle considérant que Maurice fait partie pour la première fois des pays pressentis pour cette école de cinéma présente sur le continent depuis neuf ans. C’est aussi la première fois que l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) décide d’y financer deux bourses d’études…
L’OIF voulait, pour l’attribution de ses nouvelles bourses d’études à l’ESAV, orienter son choix sur l’Océan Indien, où la créativité dans le domaine du septième art s’est particulièrement affirmée ces dernières années. Cependant, la promesse était assortie de la condition que les candidats retenus se soient montrés particulièrement brillants. Or, non seulement Shivesh Lutchmeenaraidoo est arrivé en première position à ce concours, mais le candidat qui l’a suivi est malgache, ce qui lui permet d’accéder également à cette bourse.
Un deuxième candidat mauricien a aussi été retenu dans la sélection de l’ESAV, mais, ne pouvant lui-même y subvenir, il recherche actuellement un financement, avec l’aide de Porteurs d’Images qui a lancé un appel à l’adresse des institutions publiques et/ou privées pour qu’il puisse saisir cette opportunité.
Et s’ils ont du potentiel, nos candidats ont donc eu aussi de la détermination lors du concours que l’association Porteurs d’Image a hébergé pendant deux jours. Les épreuves comportaient cinq volets : la culture générale, le son et la culture musicale, la présentation d’un projet personnel face à un jury via Skype sur un thème lancé trois jours avant l’épreuve, un entretien de motivation et le choix des plans d’un film à partir d’un large éventail de photographies imposées par l’école.
Diplômé du Charles Telfair Institute, Shivesh Lutchmeenaraidoo a déjà une expérience intéressante dans le 7e art à différents titres. Il a été secrétaire de l’association Porteurs d’Images en 2014, il a participé à la réalisation du long-métrage de David Constantin, Lonbraz kann, en tant que stagiaire postproduction et plus récemment, il a également été régisseur pour le tournage du court-métrage Boutik de Damien Dittberner, qui va être programmé en avant-première à Île Courts du 6 au 10 octobre.
Madagascar a déjà été présente à l’ESAV de Marrakech ces dernières années grâce au jeune réalisateur Luck Razanajaona dont nous avons pu voir l’an dernier « Madama Esther » lors d’une projection de plein air à Chemin Grenier, film qui a d’ailleurs été présélectionné pour les Trophées francophones 2015. Son talent a aussi été salué en 2014 au Festival de Clermont-Ferrand qui a retenu son court-métrage « Le zébu de Dadilahy » en sélection officielle.