Dans un tract qu’il distribue en ce moment aux habitants de la circonscription n° 20 (Beau-Bassin/Petite-Rivière), le député du PMSD Guito Lepoigneur informe les habitants de sa démarche de mener un combat contre la pauvreté dans la région. Aussi louable soit cette démarche pour un élu du peuple, l’intéressé sollicite l’aide des habitants en leur demandant de faire des donations sous différentes formes, y compris des « contributions financières ». Une initiative qui dérange et suscite déjà bon nombre d’interrogations chez ceux ayant reçu ledit tract.
L’initiative du député Guito Lepoigneur semble une démarche personnelle et non celle de son parti. « J’ai pour objectif principal de combattre la pauvreté dans la région. Ce combat est une mission qui me tient à coeur. Afin de m’aider à atteindre cet objectif, je fais un appel aux personnes qui ont les moyens pour m’accompagner et m’aider à éradiquer la pauvreté », écrit-il dans ce tract distribué dans sa circonscription. Il demande des donations sous les formes suivantes : « vêtements, meubles, appareil électroménager ou ustensiles de cuisine, vivres et contributions financières ».
Des habitants de Beau-Bassin affirment au Mauricien qu’ils ne doutent pas de la sincérité de leur représentant à l’Assemblée nationale à vouloir apporter sa contribution au combat contre la pauvreté. Ce qui les dérange néanmoins dans cette démarche se rapporte particulièrement aux donations en termes d’argent. Les habitants y expriment leur désapprobation totale. « Il s’agit ni plus ni moins qu’une collecte d’argent publique ; a-t-il eu l’autorisation de la police pour le faire ? » s’interroge-t-on. Quelques personnes engagées dans des ONG reconnues et oeuvrant dans le social soulignent, pour leur part, les longues procédures obligatoires que tout individu ou toute association dûment enregistrée doit respecter lorsqu’il s’agit de se lancer dans une opération de levée de fonds. « Que ce soit pour une souscription volontaire, ou pour une tombola, voire une petite quête dans le quartier pour venir en aide à une famille dans le besoin, nous devons obligatoirement avoir l’accord de la police. Cela ne me gêne pas qu’il demande des vêtements ou des vieux meubles mais a-t-il le droit de solliciter une contribution financière ? » réagit un habitant. Entre autres interrogations que Le Mauricien a recueillies dans ce contexte : « Combien de temps durera cette collecte d’argent et quelles sont les personnes qui le réceptionneront ? » ; « Qui aura un droit de regard dessus ? » ; « A quoi serviront les contributions financières ? » ; « Le député envisage-t-il de distribuer cet argent et si oui, comment procèdera-t-il à la distribution et qui en seront les éventuels bénéficiaires ? ».
D’autres électeurs de Beau-Bassin / Petite Rivière se demandent aussi si Guito Lepoigneur a eu l’aval de la direction de son parti dans cette mission personnelle avec pour objectif annoncé d’éradiquer la pauvreté.