Considérée comme un joyau de l’architecture médiévale, la cité de Pérouges conserve la quasi-totalité de son charme avec ses vieux remparts qui ceinturent la ville, ses anciennes demeures et son dédale de ruelles en galets, sans oublier son église, Sainte Marie Madeleine, qui se trouve à proximité de la porte principale, La Porte d’en Haut. La ville demeure un passage presque obligé pour tous ceux qui visitent Lyon.
Dans l’imaginaire des jeunes étudiants lyonnais, Pérouges est l’endroit par excellence pour une incursion dans le Moyen Âge. Située à 35 kilomètres au nord-est de Lyon sur la route de Genève, dans le département de l’Ain, elle est classée parmi les plus beaux villages de France et a la réputation d’être l’une des mieux conservées en Europe.
La vieille cité est construite sur un promontoire du plateau de la Dombes. Pour y accéder, même pour ceux qui font le déplacement en voiture, il faut compter quelques minutes d’ascension en pente raide jusqu’à la Porte d’en Haut. Le bas de la colline, cependant, ne laisse pas présager l’existence des remparts qui sont abrités derrière une ceinture verdoyante.
Une fois l’entrée principale franchie, surtout si vous faites la visite hors période estivale, vous êtes tout de suite frappés par la couleur ocrée qui enveloppe la ville sous un ciel gris, transpercé par quelques rayons de soleil. Le nom de la ville vous revient tout de suite à l’esprit : Pérouges. Deux hypothèses existent quant à ce nom. « La première est celle de l’assimilation du nom à pierre rouge où la pierre est un lieu de sacrifice, et le rouge la couleur du sang », fait ressortir une fiche informative sur la ville. La seconde proviendrait du nom de la ville italienne Perugia, Perouse en français. Selon des informations disponibles sur l’histoire du site, une petite colonie gauloise originaire de Perugia s’était installée sur le plateau après avoir fui la domination de Rome.