La création du Little Angels Nursery Day Care Centre à Cité Vallijee est le fruit d’une étroite collaboration entre la National Empowerment Foundation sous l’égide du ministère de l’Intégration Sociale, l’Association Femmes Dynamiques et la Swan Group Foundation. La crèche accueillera 20 bénéficiaires dans un premier temps.
Durant leurs journées au Little Angels Nursery Day Care Centre à Cité Vallijee, les bénéficiaires seront occupés de 7 h 30 à 17 h à développer leurs capacités motrices et intellectuelles pour leur entrée à la maternelle. Ils bénéficieront aussi d’un repas chaud tous les midis. Intervenant hier à l’inauguration de la crèche, Suren Dayal a expliqué que « l’éducation est primordiale. À Maurice nous n’avons pas d’or, ni de pétrole ni de diamants. Notre ressource c’est l’être humain et c’est pour cette raison que nous devons accorder une attention spéciale depuis l’entrée à la crèche ». Et d’ajouter : « Il faut donner à l’enfant le développement et l’épanouissement nécessaire pour qu’il devienne un bon citoyen et contribue à son pays. »
La National Empowerment Foundation sous l’égide du ministère de l’Intégration Sociale a versé une somme de Rs 1 412 850 (Rs 1 020 850 pour la rénovation du bâtiment et Rs 392 000 pour le set-up). Dans ce projet alliant développement socio-économique et éducation, Swan a investi quelque Rs 1 230 000 millions pour les running costs sur un an. Pour rappel, ce groupe opère dans le secteur des assurances avec Swan Insurance Company Limited pour les assurances générales, Anglo-Mauritius Assurance Society Limited pour l’assurance vie, la pension, les services actuariels et l’investissement.
Hier, lors de la cérémonie, Louis Rivalland, Group Chief Executive de Swan, a procédé à une remise de chèque à l’Association Femmes Dynamiques qui mettra en oeuvre le projet. « C’est une grande fierté pour nous de contribuer aussi massivement à un tel projet qui, non seulement permettra l’éveil des sens d’enfants en bas âge, mais permettra aussi à leur mère de reprendre ou de chercher du travail pour améliorer les conditions de vie de leur famille », a expliqué Louis Rivalland.