Yannick Hector, 19 ans, a, lors de son interrogatoire hier, admis avoir passé à tabac Claude Peronai, 50 ans, à Cité Argy, Flacq. Ce dernier est mort mardi peu avant 20 h à l’hôpital de Flacq. Yannick Hector a par ailleurs livré le nom d’un de ses complices, un dénommé Hollando Mascareigne, âgé de 24 ans, qui est actuellement en détention après avoir reconnu les faits.
Selon les enquêteurs de la Criminal Investigation Division (CID) de l’Eastern Division, Claude Peronai, habitant Riche-Mare, était à Cité Argy pour rendre visite à son gendre, Stéphan Papillon, 24 ans. Beau-père et gendre consommaient une deuxième bouteille de vin à proximité d’une usine de textile lorsqu’ils ont été approchés par Yannick Hector. Une vive dispute devait alors éclater entre les trois protagonistes, Yannick Hector faisant appel à deux de ses amis. Sous l’effet de l’alcool, Claude Peronai et Stephan Papillon n’ont pu se défendre, passés à tabac et laissés pour mort sur l’asphalte. Ce n’est que vers 3 h du matin que la police a été alertée. Transporté à l’hôpital de Flacq, Claude Peronai a rendu l’âme mardi soir. L’examen post-mortem a attribué sa mort à une rupture du foie. Stephan Papillon, également blessé, y est toujours admis. Son pronostic vital n’est pas engagé.
Revendiquant son droit au silence lorsqu’il s’est rendu à la police hier, en présence de son homme de loi, Yannick Hector a fini par tout avouer. Un témoin oculaire avait d’ailleurs déclaré avoir aperçu le suspect portant des vêtements ensanglantés la nuit du drame. L’accusé a comparu en Cour de District de Flacq hier après-midi sous une charge provisoire de meurtre. La police ayant objecté à sa remise en liberté, il a été maintenu en cellule. Hollando Mascareigne sera lui aussi traduit aujourd’hui en Cour de District de Flacq sous une charge provisoire de meurtre. La police envisage également d’objecter à sa remise en liberté. Selon les derniers renseignements disponibles, un troisième suspect serait dans la ligne de mire des enquêteurs et son arrestation ne serait plus qu’une question de temps.