Les habitants de l’impasse Paul et Virginie à Cité La Cure sont contraints de marcher dans la boue pour aller travailler ou se rendre à l’école. À chaque période de pluie, le chemin devient impraticable. Depuis 2004, ils attirent l’attention des autorités à ce sujet, mais personne ne semble se soucier de leur cas…
Cela fait presque dix ans depuis que les cinq familles habitant impasse Paul et Virginie (aussi connue comme Ste Marie), à Le Cornu, Cité La Cure, adressent des pétitions ou écrivent des lettres à la municipalité de Port-Louis et à leur Private Parliamentary Secretary (PPS). À chaque grosse pluie, l’eau descendant de la montagne vient s’échouer dans ce chemin, laissant place à un grand bassin…
Pourtant, les habitants doivent s’y faire pour sortir de chez eux. Pour se rendre au travail, ils doivent marcher dans la boue. Même les enfants qui vont à l’école doivent passer par là. Le chemin est si impraticable que même les services de voirie refusent de s’y aventurer. Il n’est pas rare non plus que le meter reader dépose la facture chez le boutiquier du coin, qui doit par la suite surveiller le passage des habitants pour la leur remettre.
Elia Delalanne fait partie des personnes qui vivent cette situation depuis des années. Elle montre les différentes pétitions des habitants du quartier aux autorités concernées. « À chaque fois, on nous dit qu’on va s’en occuper et puis, rien. La dernière fois, on nous avait promis que ce sera fait après le budget, mais personne n’est revenu vers nous à ce jour. »
Les habitants sont d’autant plus préoccupés que jusqu’ici, ils pouvaient couper à travers un terrain vague, « mais le propriétaire nous a fait savoir qu’il va bientôt commencer une construction sur ce site. Comment allons-nous faire ? »
Elia Delalanne qui est diabétique, se demande comment elle va faire pour être transportée à l’hôpital si elle tombe malade un jour. « Les taxis refusent d’emprunter ce chemin. » Devant l’absence de réaction des autorités, notre interlocutrice a même refusé de payer la taxe municipale cette année. « Mais on m’a dit que j’étais obligée et que ça n’avait rien à faire avec le chemin. »
Il s’avère également qu’un terrain situé à proximité de l’impasse en question avait été choisi pour la construction d’un centre de jeunesse (qui avait provoqué la confrontation entre Aurore Perraud et Mireille Martin à l’Assemblée) de la localité. Dans le cadre de cette construction, il était convenu que l’impasse allait être asphaltée. « Mais comme le projet n’avance pas, nous sommes toujours dans l’incertitude », déplorent les habitants. ?
Sollicitée pour une réaction, la PPS Aurore Perraud nous a demandé de la rappeler. Malheureusement, elle n’a pas répondu à nos différents appels.
De son côté, la lord-maire, Dorine Chukowry affirme ne pas être au courant du dossier. Elle invite les habitants à adresser une nouvelle lettre à la municipalité de Port-Louis afin qu’elle puisse s’en occuper.