Lors d’une réunion à Cité Malherbes, Curepipe, hier soir, le leader du MMM, Paul Bérenger, a salué le travail accompli par le maire sortant Ananda Rajoo, déclarant qu’il était « dur de gérer la municipalité dans des circonstances difficiles ». Il en appelle aux électeurs, surtout ceux du MMM, à donner la chance aux jeunes.
« Accomplir son devoir patriotique et regarder au-delà du scrutin malgré le découragement de la population », tels étaient les propos de Paul Bérenger lors de son intervention hier soir. Le leader des mauves s’est focalisé principalement sur le travail accompli par l’équipe sortante, soutenant qu’« il a été dur de gérer la municipalité dans des circonstances difficiles », citant à cet effet le départ de l’ancien maire Mario Bienvenu. « Ananda Rajoo n’a eu que cinq mois pour essayer de redresser les choses ». Faisant la liste « des mauvais choix depuis qu’ils sont au pouvoir », le leader du MMM a avancé que « mettre l’Alliance Lepep à la tête des municipalités alors qu’ils dirigent déjà le pays serait une atteinte à l’autonomie des municipalités ».
Revenant sur la lourde défaite de son parti lors des élections générales, Paul Bérenger a déclaré « comprendre le choix des électeurs de voter contre le MMM parce que Navin Ramloogam est un danger pour le pays ». Il a par ailleurs affirmé qu’en dépit du choix du peuple, « pei inn sap dan karay ek inn tomb dan dife ». Selon lui, les militants doivent redoubler d’efforts pour assurer le renouveau du parti et continuer dans leur lutte pour les travailleurs. Le MMM ne changera cependant pas son programme pour les élections municipales, qualifiant le bilan de l’équipe sortante de « très satisfaisante ». Le leader du MMM a déclaré vouloir se concentrer sur la force des jeunes militants pour ces élections municipales. « Nous devons faire confiance aux jeunes, ils sont la clé du futur », a-t-il ajouté, s’appesantissant sur les capacités des candidats mauves de moins de 35 ans.
C’est le maire sortant, Ananda Rajoo, qui a présidé à ce rassemblement. Ajay Gunness, secrétaire général du MMM, s’est exprimé sur le manque de création d’emplois, de sécurité dans le pays et de développement qu’il impute à l’Alliance Lepep. Satish Boolell a pour sa part fustigé « la négligence au niveau des cités de Curepipe ».