« Le quartier de Cité-Pitot ne sera pas rasé », déclare-t-on à la municipalité de Curepipe. Si celle-ci n’abandonne pas son projet d’y ouvrir un Craft Market, les familles de cette localité ne seront pas forcées de quitter les lieux. « Nous leur laissons le choix », affirme le maire de Curepipe, Mario Bienvenu.
Cité-Pitot, quartier situé dans le centre de Curepipe, suscite les convoitises des hommes d’affaires. Son emplacement stratégique et l’abandon de cette zone par les autorités ont encouragé de nombreux hommes d’affaires à y placer des commerces. Pour sa part, depuis son élection comme maire, Mario Bienvenu a fait part de son ambition de transformer cette région. Le programme du Mouvement Mauricien Social Démocrate (MMSD), dont il est issu, prévoit d’ailleurs la promotion de produits artisanaux, dit-il. L’aval donné par le conseil municipal pour la mise en place d’un Craft Market dans ce quartier a toutefois soulevé toutefois des interrogations, principalement, concernant le sort des familles qui y résident toujours.
La motion du conseiller PTr Kritanand Beehary il y a un mois a mis le feu aux poudres. Ce dernier propose le transfert d’une dizaine de familles à Les Casernes Housing Estate, qui bénéficieraient, dans un deuxième temps, du nouveau programme du ministère des Terres et du Logement, soit la vente des terrains de l’État à Rs 2 000 aux détenteurs d’un Building Site Lease.
Les habitants sont divisés sur la question. Certains refusent de quitter ce quartier parce qu’il fut un don d’Émile Pitot à la municipalité pour leur logement. D’autres trouvent en ce relogement une opportunité à saisir.
Mario Bienvenu souhaite éclaircir la situation. « Nous ne sommes pas là pour forcer les habitants à faire quoi que ce soit. Nous leur avons proposé quelque chose. Ils ont le choix. Nous sommes là pour les soutenir », dit-il. Le projet de Craft Market pourra y être concrétisé « sans pour autant porter atteinte aux habitants du quartier », dit-il.