La cérémonie de citoyenneté d’honneur hier soir à l’hôtel de ville de Curepipe a été témoin de l’annonce officielle de la démission du conseiller rouge Clency Lajoie. Commentant le « malaise » qui règne dans certaines municipalités, le ministre des Administrations régionales a rassuré les conseillers. « Vous n’êtes pas dans l’illégalité », a lancé Hervé Aimée.
« Le nouveau Local Government Bill est prêt depuis juillet 2010 mais à la suite de problèmes internes, nous avons dû repousser sa présentation », a avancé dans son intervention le ministre des Administrations régionales hier à Curepipe. Hervé Aimée a fait comprendre aux conseillers qu’ils ne sont pas dans l’illégalité. « Ce sont des choses qui arrivent », a-t-il dit à l’assistance composée de personnalités politiques, notamment le ministre du Tourisme Michaël Sik Yuen, la ministre de l’Égalité des genres Mireille Martin, la parlementaire Stéphanie Anquetil et le candidat rouge aux récentes élections Edley Chimon.
Hervé Aimée a dit ne pas comprendre pourquoi ce « malaise » subsiste au sein des municipalités alors que le renvoi des élections municipales est « quelque chose de tout à fait normal » car le gouvernement a d’autres priorités. « Ena manda ki finn dir 9 an (faisant allusion aux élections villageoises de 2002) alor ki la nou pe renvoy li zis enn an. Nou pran nou responsabilite. O sein gouvernman nou pe epouz enn direksion. Nou pa pou sove devan sa. Bann konseyer na pa dan lilegalite », a-t-il souligné. Le ministre des Administrations régionales a fait comprendre qu’il n’a aucune « leçon » à recevoir. Rappelant que la réforme électorale demeure sa priorité, il a souligné que les municipales seraient organisées « très tôt l’année prochaine ». Les conseillers seront avisés dans les semaines qui viennent.
Au cours de la cérémonie de citoyenneté d’honneur hier soir à l’hôtel de ville de Curepipe, le conseiller rouge Clency Lajoie a présenté sa lettre de démission qu’il a remise ce matin au Chief Executive de la ville Lumière. Le conseiller de la majorité a toutefois dit aux représentants de la presse qu’il reste membre du Parti travailliste. Alors que le ministre des Administrations régionales tenait un discours rassurant sur le travail des conseillers dans les différentes mairies, Clency Lajoie a pour sa part expliqué que le report des municipales le rendait « mal à l’aise ».
Répondant à Hervé Aimée, Clency Lajoie a indiqué que les propos du ministre ne lui avaient pas fait changer d’avis. Quant à la désorientation de certains conseillers, le conseiller rouge a lancé : « Ke se li (le ministre Aimée) ki pe desorient dimounn ! Li pe desorient piblik ! » M. Lajoie a déclaré maintenir sa position malgré les tentatives de ses collègues de le faire revenir sur sa décision. « Mo na pa pou renons mo liberté de pensée », a-t-il martelé.
La soirée de citoyenneté d’honneur a récompensé six Honorary Freemen, incluant le ministre Hervé Aimée. Bien qu’acceptant le titre, celui-ci s’est interrogé sur le choix du maire Sunil Beedassy. Pour lui, c’est Michaël Sik Yuen, ancien maire de la ville de Curepipe également présent à la cérémonie, qui mérite cette récompense. Parmi les autres récipiendaires aux côtés d’Hervé Aimée : Michaël Ah-Tow, Hassam Coowar, Malcolm de Chazal (à titre posthume), Marc Daruty de Grandpré et la ministre de la Sécurité sociale Sheila Bappoo.
Six autres noms étaient sur la liste des Award of Medals, nommément Moonsamy Kistnasamy, Samduth Ooduth, Serge Rivière, René Soobaroyen, Ahmed Thupsee et le Collège Hindu Girls pour son projet eco-friendly. Il faut savoir que la liste présentée par le maire Sunil Beedassy n’a pas fait l’unanimité dans les rangs des conseillers. Selon certains d’entre eux, un déficit de communication existe à la municipalité de Curepipe.
Malgré la présence de la majorité des conseillers hier à la cérémonie de citoyenneté d’honneur, l’on a noté l’absence de Anil Dhorbal, président de la Commission Travaux, en froid avec le maire Beedassy.