Le Conseil municipal de Port-Louis a décerné hier la citoyenneté d’honneur de la ville à Alan Ganoo, Ameenah Gurib-Fakim, Jean Sew Sen Lee, Rama Poonoosamy et feue Lisette Talate pour leurs services rendus au pays.
La cérémonie, tenue hier soir à l’Hôtel de ville de Port-Louis, a débuté avec l’hymne national qui a précédé le discours de bienvenue du Chief Executive de la cité de Port-Louis, François Dorestan. Le Lord-maire Aslam Adam Hossenally a ensuite pris la parole et a tenu à féliciter les personnalités honorées pour leurs contributions exemplaires pour le pays. Il a aussi tenu à rendre hommage à Nelson Mandela, qui avait reçu la citoyenneté d’honneur de Port-Louis en septembre 1986.
Le député Alan Ganoo, leader adjoint du MMM, a été le premier a recevoir le parchemin de la citoyenneté d’honneur. « En tant qu’enfant de la cité, j’ai eu la chance de vivre dans cette merveilleuse cité cosmopolite qu’est Port-Louis. Enfant, j’ai savouré tous ces moments inoubliables dans cette cité et jeune adulte, je traînais dans les faubourgs. Cette cité m’a offert une belle enfance, une jeunesse bien remplie. J’ai aussi été témoin de la misère dans cette cité et c’est aussi elle qui a façonné mon orientation politique », a-t-il déclaré. Cet avocat de profession a fréquenté le collège royal de Port-Louis et est allé étudier le droit en Angleterre. Il a été appelé à la barre à Maurice en 1975. Alan Ganoo est aussi le cofondateur de la Fédération des Travailleurs Unis (FTU) et il est le conseiller légal de divers syndicats.
Ameenah Gurib-Fakim a été honorée pour son abnégation et sa persévérance dans le domaine de la chimie, filière où elle évolue depuis toujours. Née à Plaine-Magnien, elle voit Port-Louis comme « le point focal de l’île, le microcosme de la société mauricienne » et se dit « honorée de recevoir une telle distinction par cette cité ». A présent directrice générale du CEPHYR (Centre de Phytothérapie et de Recherches), Ameenah Gurib-Fakim a commencé sa carrière comme Lecturer à la Faculté d’Agriculture à l’Université de Maurice en 1987. Elle est promue Senior Lecturer de la Faculté de sciences en 1991 et a aussi été Manager of Research Technology au Mauritius Research Council de 1995 à 1997. Elle brille aussi pour ses nombreuses distinctions reçues au cours de sa carrière, la dernière en date étant le titre Doctor Honoris Causa de l’Université Pierre et Marie curie (Sorbonne Université), Paris, France.
Jean Sew Sen Lee, lui, est devenu citoyen naturalisé de Maurice en 1962, après avoir immigré ici en 1951 à l’âge de 16 ans. Il a été décoré de l’Order of the Star and Key of the Indian Ocean en 2002. Il a été le directeur de la Sew Sen Lee Company Ltd à Port-Louis et il est actif dans plusieurs associations d’aide à la communauté chinoise à Maurice pour promouvoir la culture de son pays d’origine.
Rama Poonoosamy, directeur général d’Immedia, s’est lui remémoré ses instants passés dans la cité de Port-Louis. « Aucune ville ne ressemble à Port-Louis, la manière d’être, les saveurs, on pouvait manger de tout et sentir de tout. Port-Louis a bercé mon enfance et a fertilisé mon esprit. » Rama Poonoosamy a passé toute son enfance à Port-Louis. Il a été conseiller municipal de la Cité en 1977 et élu membre du MMM en 1980 où il a présidé la commission jeunesse, Sport et Culture. Il est aussi sorti en tête au ward 2 (Port-Louis) aux élections municipales de 1977 et a en outre lutté contre le communalisme dans le sport.
Le Conseil municipal a aussi tenu à honorer feue Lisette Talate, née à Diego Garcia et qui a fait partie des habitants forcés à quitter les Chagos. Reconnue comme une icône de la lutte des Chagossiens, elle a été appréciée pour sa persévérance et reste une force inspiratrice pour les Chagossiens dans le cadre de la lutte pour un retour dans leurs îles. Elle est décédée en janvier 2012, et son nom a été donné à un centre à Pointe-aux-Sables ainsi qu’à la piscine municipale de Saint Paul à la Réunion.