Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Devanand Ritoo, le président du Club Maurice, Giandev Moteea, et leurs partenaires sont partis jeudi à la rencontre des athlètes qui représenteront le pays lors des 8e Jeux de la CJSOI qui auront lieu du 9 au 16 juillet prochain aux Comores.
Lors de ces 8e Jeux de la CJSOI, Maurice sera présente dans trois disciplines, à savoir le basket-ball masculin, le football féminin et l’athlétisme. Le ministre a débuté sa tournée avec l’athlétisme, avec à ses côtés les représentants de la SICOM, sponsor de l’équipe mauricienne, et Giandev Moteea.
Devanand Ritoo s’est adressé aux sportifs des trois disciplines avec un message plus ou moins similaire, leur demandant de donner le bon exemple. « Je vous demanderai d’être disciplinés. Vous serez dans un pays étranger. Et vous serez les ambassadeurs du pays », a-t-il souligné d’entrée.
Il en a profité pour rappeler que le gouvernement soutient les athlètes. « Au niveau du MJS, nous allons toujours vous donner les moyens pour vous encadrer et vous surpasser. » Il a aussi fait ressortir que les athlètes portent une énorme responsabilité. « Je vous demanderai de travailler dur et de croire en vous. Ce n’est qu’à ce moment que vous pourrez décrocher l’or. »,
S’adressant aux footballeuses au Centre technique François-Blacquart à Réduit, le ministre a félicité l’équipe qui s’est entraînée sous la férule de Martine Kelly et de Bahim Emrith. « Le football mauricien est à l’honneur avec ces Jeux de la CJSOI. Il n’est pas donné à tout le monde de représenter son pays. Vous êtes les meilleures. »
Devanand Ritoo a laissé entendre que le football féminin sera probablement au programme des prochains JIOI. « Ne vous dites pas que parce que vos adversaires sont Réunionnaises ou Seychelloises qu’elles seront plus fortes que vous. Il faut que vous croyiez en vous. »
Chez les basketteurs, le ministre Ritoo a rappelé que la situation en sports collectifs n’est pas très brillante. « Les sports collectifs n’ont pas toujours eu un bon rendement. Mais cette fois, c’est à vous de changer cela. Votre devise est de gagner et perdre en équipe. »
Du côté de l’encadrement, chacun est optimiste quant aux chances de Maurice. Au stade Maryse-Justin à Réduit, le président de l’Association mauricienne d’athlétisme (AMA), Anand Sukraj, a demandé aux athlètes de donner le meilleur d’eux-mêmes. « Les Jeux de la CJSOI sont considérés comme les JIOI des jeunes. Vous avez été bien préparés et bien encadrés. Même si les épreuves de sprint et d’obstacles ne sont pas inscrites au programme, je vous demanderai d’aborder la compétition avec le plus grand sérieux. »
De son côté, Martine Kelly, entraîneuse de la sélection féminine de football, avance que la pression est bel et bien présente dans le groupe, même si rien ne paraît. « C’est la première fois pour beaucoup d’entre elles et pour moi aussi. C’est normal qu’il y aura un peu de pression », estime-t-elle. L’équipe a été bâtie en trois mois, mais les chances sont réelles. « Je pense que si les filles croient en elles, on pourra faire face. »
Giandev Moteea a pour sa part rappelé que la structure qu’il dirige soutiendra les athlètes dans la préparation des Jeux et autres rendez-vous. « Je vous demanderai de rester mobilisés jusqu’à la fin, dans un esprit d’équipe et de camaraderie », a ajouté le président du Club Maurice.