La réunion des experts de la Commission de la Jeunesse et des Sports de l’océan Indien (CJSOI) qui devait se tenir cette semaine (mardi à jeudi) à Mayotte, a été reportée. La raison principale demeure la grève générale qui persiste toujours dans l’île. Selon le secrétaire-général de la CJSOI, le Mauricien Nagalingum Pillay Samoo, une nouvelle date sera fixée à la lumière des prochains développements.
A mercredi, cette réunion des experts était toujours « on » a indiqué le SG de la CJSOI.  » Nous avons été en contact régulier avec les autorités mahoraises dont le directeur des Sports, Bernard Rubi et les conseillers David Hervé et Vincent  Depetra. Cela fait deux semaines que durent ces problèmes et on nous avait indiqué que cela allait se calmer. Ce qui n’a pas été le cas. On s’est donc fixé un délai de 48 heures pour décider la tenue ou non de cette réunion « , a-t-il déclaré.  Malheureusement, la situation n’a guère évolué à vendredi d’où la décision de reporter cette réunion à une date ultérieur. Selon Nagalingum Pillay Samoo, c’était une sage décision et ce, pour la sécurité des différents représentants.
 Aussitôt la décision prise, vendredi matin, par les autorités mahoraises, le SG de la CJSOI a été informé de la situation.  » J’ai tout de suite envoyé un courriel à tous les experts pour leur faire part de la décision. Ils avaient tous déjà communiqué leurs plans de vol et entrepris les démarches nécessaires pour venir à Mayotte. Ce sont des choses qui arrivent et nous devons  faire avec « , a expliqué Nagalingum Pillay Samoo.
Ce dernier dit également être en contact permanent avec le président de la CJSOI, le Malgache Jean-Anicet Andriamosarisoa.  » Le président a demandé s’il y avait une possibilité que cette réunion se tienne ailleurs au cas où ce problème persiste. Ce n’est pas aussi simple que cela dans la mesure où organiser cette réunion nécessite un gros budget « , a-t-il précisé. Cela fait qu’il va falloir attendre pour savoir si Mayotte abritera cette rencontre comme souhaité par le ministre français de la Jeunesse et des Sports, Patrick Kanner, lors de sa visite à La Réunion, l’année dernière lors des Jeux des Iles de l’océan Indien.  
Cinq disciplines sportives
Il convient de souligner que cette réunion des experts était très importante dans le sens où elle devait permettre aux différents représentants des îles de la région d’avoir une idée plus claire et beaucoup plus précise sur l’organisation des 10es Jeux de Madagascar. Le directeur des Jeux, Haja Ratovonirina, devait d’ailleurs faire une présentation sur PowerPoint de ces Jeux et ce, avec photo à l’appui. Il nous revient qu’il n’y aura pas de Village des Jeux pour cette dixième édition. A la place, ces sont des hôtels d’Antananarivo qui ont été privilégiés.
 Il devait également être question d’une présentation des sites où se dérouleront les différentes compétitions sportives et les activités consacrées à la partie jeunesse. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que Madagascar possède les infrastructures nécessaires pour répondre aux exigences requises. La Grande île a d’ailleurs organisé, par deux fois, les Jeux des Iles de l’océan Indien (1990 et 2007) et aussi les Jeux de la CJSOI, notamment la troisième édition en 2001.
Soulignons que cinq disciplines sportives seront représentées à ces 10es Jeux, notamment l’athlétisme (garçons et filles), le judo (garçons et filles), le football féminin à sept, le handball masculin et le tennis de table (masculin et féminin). Au niveau des activités jeunesse, il y aura la danse et la musique traditionnelle, l’assemblée des jeunes et le théâtre. A noter que tous les pays membres, à l’exception de Djibouti, ont confirmé leurs participations à ces Jeux.