Il y a tout juste 20 ans, WES présentait Ravanne Sans Frontières, groupe musical de la Cité Barkly qui prendrait rapidement place sur la scène locale tout en devenant un tremplin pour ses jeunes membres. Parmi ceux-là : Clarel Armelle. Depuis, le petit ravannier est devenu une star de la chanson mauricienne après avoir eu un parcours hors du commun, passant par Révélation Barkly et Racinn nous Zanset avant de s’engager dans une carrière solo prolifique. Avec le lancement de son troisième album, Nouvo Kouler, il revient sur son passé et parle de ses nouvelles ambitions.
À Gros Cailloux, où il s’est installé avec sa famille depuis sept ans, Clarel Armelle pense encore à ces années où la fameuse École de Ravanne de Barkly était la principale distraction des jeunes de cette région de Beau-Bassin. Elle était surtout une autre option pour ceux qui grandissaient dans ce “kartie so” où l’exclusion déviait l’attention vers d’autres centres d’intérêt. “Même si la situation n’était pas aussi grave que maintenant, la drogue et l’alcool ont toujours été présents à Barkly.” Dirigée par Hargnel Goolamsing, l’École de Ravanne proposait aux jeunes de la région de se jouer sur un autre rythme. Et c’est ainsi que ces adolescents devinrent, eux, accros à la musique.
Nous sommes alors au début des années 90. À cette époque, se souvient Clarel, les ravanniers répétaient régulièrement dans le Centre de Jeunesse de la localité. À chaque répétition, une petite foule était présente pour les voir jouer. L’enceinte du centre était pleine à craquer. “Au final, ce n’était pas seulement une attraction pour les jeunes mais pour tous ceux qui habitaient la région. C’était un fun pour eux de venir nous voir en répétition. Ils s’amusaient et dansaient avec nous”, se souvient le chanteur.