Le match syndical – opposant la Port-Louis Maritime Employees Association et le Joint Negotiating Panel du port – bat son plein dans ce secteur névralgique de l’économie avec un inévitable référendum à venir prochainement. Les deux parties ayant enclenché des procédures au niveau du management de la Cargo Handling Corporation Ltd (CHCL) en vue d’obtenir une reconnaissance syndicale exclusive dans le port. Toutefois, la décision d’organiser un référendum, permettant aux travailleurs de choisir le syndicat qui défendra désormais leur intérêt, dépendra de la décision entérinée par le management de la CHCL.
Les syndicalistes approchés affirment que la tenue d’un référendum cette année dans le secteur portuaire est inévitable compte tenu de la conjoncture. « Ce référendum est inévitable pour le management surtout car le JNP du port et la Port-Louis Maritime Employees Association (PLMEA) ont tous deux enclenché des procédures pour obtenir une « sole recognition » », explique Moossa Ibrahim président du JNP, qui regroupe le Port-Louis Harbour and Docks Workers Union, la Docks and Wharves Staff Employees Association, le Maritime Transport & Port Employees Union et la Stevedoring and Marine Staff Employees Association.
De son côté Ashok Subron, négociateur du syndicat adverse, soit la PLMEA, explique deux autres possibilités : « Premièrement, le management peut prendre la décision de passer directement par l’ERT pour l’organisation d’un référendum. Deuxièmement : il peut attribuer la reconnaissance exclusive à une des deux parties mais dans ce cas de figure nous nous dirigerons aussi vers un référendum car la partie perdante réclamera la tenue de cet exercice. »
En attendant ces développements, le match syndical bat son plein dans le port avec entre autres des campagnes de mobilisation et la distribution de bulletins d’informations. « Nous avons déjà démarré une campagne de mobilisation sur le terrain en vue du référendum. Nous sommes très confiants et nou les referendum donn so resilta ki bizin. Nou pe gayn enn zoli response lor terin ek bann travay pe dir ki depi byen lontan ti bizin ena sa. Il y a trop d’excès de la part de la PLMEA. Cette bataille, ce n’est pas uniquement contre ce syndicat en particulier mais aussi pour consolider la CHCL », poursuit le président Moossa Ibrahim.
Pour sa part, la PLMEA a fait sortir un bulletin d’information en début d’année pour demander aux employés de se tenir prêts en vue du choix crucial à venir. « An 2014, travayer lepor bizin vote pou swazir : ant enn kote konbativite, metod demokratik negosyasyon PLMEA ek Lakor PLMEA 2013, oubyen lot kote sistem depase, pouri, ek otokratik PLHDWU-SAMSEA ek so bann alye. Swa la byen kler ! » avance la PLMEA. Et de lancer un appel fort aux travailleurs du port : « Travayer bizin toutswit kit tou sindika ki pe menas so drwa ek prepar pou votman istorik dans lepor.»