Entraînée dans l’enfer du trafic de drogue par son ancien compagnon, Claudette a finalement pu s’en sortir avec des profondes cicatrices dans l’âme et sur le corps. Mais survivre avec ses quatre enfants loin de ce monde traumatisant n’est pas chose aisée pour cette mère qui doit tout reprendre à zéro.
Recommencer sa vie à partir de rien. Pour cette mère et ses quatre enfants, ce n’est pas tous les jours facile. Après s’être échappée de “l’enfer” de son ancien domicile conjugal, Claudette mène depuis quelques mois une lutte pour donner de quoi manger à ses enfants. Rien que le petit bout de dipin diber que Jerry, son benjamin de 8 ans, attend impatiemment chaque matin n’est pas simple à trouver. Ses soeurs et lui n’ont pas toujours droit à leur petit-déjeuner préféré.
Cicatrices.
Sous ses traits de gamin hyperactif, sautillant dans tous les recoins de la maison, Jerry refoule son passé. Il avait un père qui possédait un élevage de porcs, une mère qui s’en occupait, et d’autres frères et soeurs, issus d’un premier mariage. Il préfère conserver cette image plutôt que celle de ce père qui s’injectait quotidiennement de curieuses substances dans les veines avec ses employés. “So papa ti konsom ek vann ladrog dan park kot nou. Mem divan so bann zanfan li ti fer sa”, raconte Claudette.
 “Li pa fasil pou viv avek enn dimounn ki dan ladrog e ki pa le sorti ladan. Li konn zis so ladrog ek li pa kas latet ni avek mwa ni avek beswin so zanfan”, poursuit Claudette, en nous montrant quelques cicatrices sur son bras. Pendant dix-huit ans, Claudette a subi les coups de cet homme violent. Elle l’a fait pour que ses enfants aient une vie normale, espérant que son conjoint changerait de comportement.
Traumatisme.
Le père possédait un élevage de porcs dans la cour. “Mo ti travay dan so park me zame mo inn trouv larzan dan mo lamin. Souvan li bliye aste manze ek nek aste ladrog pou li ek so bann travayer. Trwa-kar di tan, bann zanfan al dormi vant vid.” En entendant sa mère évoquer cette période triste, Elisa, la cadette de 16 ans, exprime son dégoût. “Ti plito enn park pou dimounn !”
Au fil des années, leur situation n’a fait qu’empirer. La famille vivait dans un endroit retiré, la boutique la plus proche se situant à des kilomètres. Lorsqu’il fallait faire les provisions, il n’y avait personne pour aider mère et enfants. Même pas le père, qui pourtant avait un véhicule à sa disposition.
“Mo papa ti mem aret pay delo”, poursuit Elisa. Se laissant entraîner par l’émotion, la jeune fille témoigne de son traumatisme. “Mo papa ti telman deles lakaz ki ti pe koumans gagn infestasion insekt andan. Matla ti ranpli ar pinez e mo mama ti bizin dormi asize lor enn sez avek Jerry ek mo ti-ser dan so lebra.”
Pa pe kapav aprann.
La grande soeur confie que son père se faisait de plus en plus rare, retournant fort tard à la maison et dans un état d’ébriété avancé, les réveillant sans raison en hurlant. “Enn fwa ti ena mem enn dimounn ti pe pike dan mo lasam. Imazinn mwa ek mo bann ser e frer bizin al lekol landimin apre kinn sibir tousala.” Selon Claudette, le père entraînait même Jerry dans ses aventures du soir. “Piti la inn bizin trouv tout sort kalite zafer pa pou so laz.”
Les enfants ont toujours été traumatisés. Comme le petit Jerry qui, de temps en temps, s’arrête de courir pour se perdre dans ses pensées. “Defwa li res trankil dan enn kwin e fer bann mouvman ar so lamin. Komsi li anvi dir kiksoz me pa kapav”, confie Claudette, qui s’inquiète pour la santé mentale de son fils.
Elisa est actuellement en Form V, après avoir fait une dépression qui l’a obligée à doubler sa Form IV. “Dan lekol, sak fwa rektris apel mwa e dir ki Elisa touletan pe res reflesi, li pa pe kapav aprann”, nous dit la mère, avant de fondre en larmes.
Enfer.
La condition psychologique de ces deux enfants devient alarmante et nécessite l’attention d’un professionnel. Mais faute de moyens, Claudette ne peut se permettre ce luxe.
Les autres soeurs, Sophie et Elodie, parlent peu; elles ont honte de cette période affreuse de leur vie. Les enfants restent attachés à leur mère.
Sortir de cet enfer ne fut pas chose facile. Face à l’indifférence croissante de leur père et au manque d’argent, Claudette se met à la couture pour subvenir aux besoins de ses enfants. Elle persiste pour maintenir “une vie familiale normale”, mais en vain.
Le père commençait, lui, à recruter d’anciens détenus pour bénéficier d’une main-d’oeuvre bon marché. “Ena enn lakaz pou travayer loze dan lakour. Ti koumans ena trop boukou drogue fek sorti depi prizon. Ena ler gran gran dimounn ki zame ou pou krwar pe vinn aste ladrog dan lakour”, raconte Claudette.
Espoir.
Réalisant que leur situation avait atteint le point de non-retour, la mère a décidé de quitter les lieux pour de bon. Claudette vit désormais avec ses enfants dans une maison que lui loue une amie. “Tou seki ou trouve dans sa lakaz la, nangne pa pou mwa”. Elle a dû tout quitter au parc pour s’enfuir. Les enfants possèdent d’ailleurs peu de vêtements. Avec une modeste pension de Rs 3,500, elle entreprend des petits boulots de couture pour survivre. Car ce n’est pas facile de nourrir quatre bouches, d’acheter des vêtements et du matériel scolaire avec une telle somme.
Leur tourment est loin d’être terminé. “Lekol dir mo tifi pa kapav met soulie roz. Me zis samem li ena. Mo ti garson li, bann la dir ki li bizin ena enn semiz kot badj la inprime lor la. Pena le moyen pou tousala”, confie Claudette. La pente semble dure à remonter pour cette famille qui repart à zéro.
Mais Claudette garde espoir, comme elle l’a toujours fait. Même si elle craint qu’un jour son ancien époux la retrouve et vienne lui causer du tort. Ses enfants et elle sont désormais loin de leur “porcherie”, là où ils ont une vraie chance de connaître le bonheur.