Le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Deva Virahsawmy, exhorte les Mauriciens à se joindre « massivement » aux 35 millions de personnes réparties dans plus de 130 pays pour participer à la campagne 2011 « Clean Up the World ». La 19e année de cette campagne écologique communautaire organisée avec le concours du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), a lieu à compter du troisième week-end de septembre.
« Nous invitons les entreprises, les groupes communautaires, les écoles et collèges, les organisations non-gouvernementales, les municipalités et conseils de districts, les ministères et les corps para-étatiques et autres départements du gouvernement, les individus ainsi que la société civile en général, à participer massivement à ces activités (voir encadré), qui s’étale sur un mois, visant à améliorer leur environnement local », a lancé le ministre Virahsawmy, qui était entouré de Sandra Vegting, Haut Commissaire d’Australie à Maurice, d’Asha Kannan, représentante du PNUE à Maurice, et des sponsors de la campagne Clean Up the World 2011 à Maurice, entre autres.
Le ministre a rappelé que le thème cette année de Clean Up the World est « Notre région… Notre planète… Notre responsabilité ». « Ce thème attire l’attention sur les mesures prises localement tant par des bénévoles que par tout un chacun dans les diverses collectivités, et comment ces mesures ont des répercussions positives à échelle mondiale », a-t-il précisé.
Selon Deva Virahsawmy, la campagne Clean Up the World est organisée chaque année depuis 1993. « Ce sera l’occasion pour chaque Mauricien de s’engager dans une activité écologique qui sera bénéfique pour sa localité. Ce faisant, il doit être conscient qu’il contribue dans cet effort global de protection de la planète pour les générations à venir », a-t-il indiqué.
Plantation d’arbres et d’arbustes, campagne de reboisement, réutilisation de l’eau et de l’énergie, programme de conservation, réduction et recyclage de déchets, programme de conscientisation à la préservation de l’environnement, exposition, compétitions diverses, entre autres, sont autant d’activités dans lesquelles les Mauriciens peuvent s’engager, a énuméré le ministre.
Évoquant pour sa part l’historique de la campagne Clean Up The World, le Haut Commissaire d’Australie à Maurice, a exprimé sa fierté que cette campagne écologique communautaire ait été initiée par un Australien, Ian Kiernan. En 1987, a poursuivi Sandra Vegting, Ian Kiernan, était l’un des concurrents dans la course en solitaire « BOC Challenge ». Alors qu’il naviguait autour du monde, il a été bouleversé de voir, constamment sous ses yeux, la pollution qui régnait dans des régions telles la mer des Sargasses dans les Caraïbes. De retour à Sydney, il s’est assuré le concours de ses amis et, ensemble, ils ont organisé la Journée de Nettoyage du Port de Sydney (1989) qui a incité 40 000 bénévoles à retirer du port des carcasses rouillées de voitures, des matières plastiques de toutes sortes, des bouteilles en verre et des mégots.
Ian Kiernan et son comité, a souligné l’intervenante, ont estimé que, si une ville avait pu être mobilisée à passer à l’action, il serait tout aussi possible de mobiliser la nation entière. « C’est ainsi que près de 300 000 bénévoles se sont rassemblés pour la première journée de Nettoyons l’Australie en 1990 et cette participation a continué de croître au cours des 21 dernières années », a commenté Sandra Vegting.
Voulant passer à l’étape supérieure après la Journée de Nettoyage de l’Australie, Ian Kiernan a recherché et obtenu le soutien du PNUE, et c’est ainsi que la compagne Clean Up the World a été lancée en 1993. « L’intérêt suscité par Clean Up the World à travers le monde a démontré que cette simple idée australienne est d’un intérêt universel et que la santé de l’environnement est l’affaire de tous dans le monde entier », a conclu Sandra Vegting.
—————————————————————————————————————————————————————