Cela fait quatorze ans qu’il souffre d’hyperkératose (krap ros). Sa vie a basculé et il ne peut plus subvenir aux besoins de sa famille. À 39 ans, il a encore la force et le courage d’exercer les seuls métiers qu’il connaît : crépisseur, soudeur et peintre au pistolet. Clifford Casquette nous conte ses déboires…
“Je ne peux plus subvenir aux besoins de ma famille. Je veux travailler, mais je n’y arrive pas. Je peux à peine marcher; je ne peux pas porter de chaussures. Je souffre d’hyperkératose aux deux pieds depuis quatorze ans. En dépit de plusieurs traitements, mon état ne s’est pas amélioré. Au point où j’ai dû arrêter de travailler. Je dois à présent compter sur le soutien de mes proches et de bienfaiteurs pour joindre les deux bouts. Malgré l’aide que la Sécurité sociale me procure depuis mon opération en avril, notre situation demeure précaire.
Mon épouse travaille, mais son salaire de machiniste n’est pas suffisant pour nourrir nos deux enfants, qui ont 11 et 8 ans. Nous avons la chance d’avoir pu élire domicile chez une famille qui nous loue trois pièces de leur maison. Les propriétaires se montrent très compréhensifs envers nous, particulièrement quand nous ne pouvons pas nous acquitter du loyer et payer les factures d’eau et d’électricité. Sans leur grande considération à notre égard, je crois que j’aurais été plus mal. Je les remercie profondément pour cela. Si nous étions ailleurs, je ne crois pas que nous aurions eu ces facilités.