L’enquête de conjoncture menée régulièrement par la Mauritius Chamber of Commerce and Industry (MCCI) auprès des entreprises indique une légère détérioration du climat des affaires au premier trimestre 2012. L’indicateur de confiance des entrepreneurs a baissé de 1,3 point pour s’établir à 98,8 points, cela après avoir enregistré une augmentation de 1,1 point au cours du quatrième trimestre 2011. Ce repli est surtout attribuable à la dégradation de l’indice du secteur des services mais les entrepreneurs semblent avoir une meilleure perception de l’évolution future de leurs affaires car le solde des anticipations pour le deuxième trimestre 2012 est positif de 2,9 points.
Rendant publiques ce matin les résultats de l’enquête de conjoncture menée du 1er au 21 mars dernier auprès d’un échantillon d’entreprises représentatif de différents secteurs d’activités, Mahmood Cheeroo et Renganaden Padayachy, respectivement secrétaire général et macro-economist de la MCCI, ont annoncé une légère diminution (1,3 point) de l’indicateur synthétique du climat des affaires qui est descendu à 98,8 points, soit un niveau inférieur à la moyenne de longue période de 100 points de base. « Cette détérioration intervient après un quatrième trimestre 2011 favorable, où l’indice avait gagné 1,1 point, démontrant les incertitudes et le manque de visibilité en cette période de crise », a commenté d’emblée M. Padayachy. Selon la MCCI, environ 55 % des sondés, incluant ceux dont les affaires sont prospères, jugent la situation économique du pays et son évolution comme inquiétantes. Seulement 2 % des entreprises interrogées jugent la situation favorable.
La baisse de l’indice comme souligné plus haut est due en grande partie à un climat de confiance en dégradation dans le secteur des services qui représente près de 70 % du Produit Intérieur Brut du pays. « Le climat s’améliore pour les deux autres secteurs, à savoir les secteurs du commerce et de la manufacture. Celui des services se dégrade pour la troisième fois consécutive », note la MCCI.
L’enquête a démontré qu’au niveau des investissements privés en 2012, le solde des opinions des entrepreneurs est négatif de 12,5 points. « Vu l’inconstance de la conjoncture économique, les entrepreneurs sont en attente et préfèrent différer les investissements. Cela aura une incidence sur notre croissance pour 2012 et sur la croissance future », commente M. Padayachy. À une question portant sur l’impact possible de la récente baisse du taux d’intérêt sur les investissements, Mahmood Cheeroo a répondu qu’il est possible que la réduction du Key Repo Rate ait des retombées positives mais qu’il faudrait attendre la prochaine enquête pour établir toute incidence sur le moral des entrepreneurs.