Des cas de clonage de cartes bancaires ou card skimming ont été rapportés par quelques banques. Il s’agit d’une pratique où l’escroc installe, au-dessus d’un clavier d’ATM, un minuscule appareil qui enregistre ou transmet les données des cartes bancaires afin qu’elles puissent être reproduites et utilisées au détriment de l’utilisateur légal de la carte. En quatre ans, huit arrestations ont été faites par la police et elles ont mené à des condamnations. Tous les cas concernent des étrangers.
Selon les principaux établissements bancaires du pays, le clonage de cartes bancaires est en hausse. Des cas ont récemment été enregistrés à la State Bank of Mauritius (SBM) et à la Mauritius Commercial Bank (MCB). Dans un communiqué publié le 3 février, la State Bank of Mauritius a mis en garde le public sur le clonage de cartes bancaires après avoir constaté une tendance à la hausse, aussi bien à l’étranger qu’à Maurice. Plusieurs cas ont été décelés récemment dans leurs guichets automatiques au Sri Lanka. En décembre 2015, une tentative de clonage de cartes bancaires a été décelée dans un guichet de la SBM. En juillet 2015, la MCB a dû arrêter 1,500 cartes et les remplacer par mesure de précaution, après la découverte d’appareils de détection frauduleuse de données placés sur deux ATM à Port-Louis.