L’exposition de photographies de l’artiste Ariane L’Homme  à Audi Zentrum, sis à  State House Avenue, Réduit, a prix fin hier. Pour rappel: c’est autour de la thématique “Nature Nôtre, Fragile, Fugace et Résiliente” que l’artiste a choisi d’organiser cette quatrième exposition de ses photos, qu’elle a enrichi d’une collaboration avec le célèbre peintre et graveur français François Jeannet. De cette association est sorti le coffret contenant le livre d’artiste “Feuillets d’un Retour au Pays Natal”.
Ce livre de bibliophilie, format 21×30, imprimé sur du papier BFK Rives, comprend des textes d’Ariane L’Homme et 11 bois de François Jeannet. Il en a été tiré 20 exemplaires numérotés de 1 à 20. Les gravures ont été imprimées sur les presses des Ateliers Moret à Paris. L’impression a été effectuée par Jean-Philippe Boiteux et l’emboitage réalisé par Paxion à Angerville. Une photo originale dont s’est inspiré le graveur a été offerte aux souscripteurs. Une aubaine pour qui connaît le parcours du peintre-graveur François Jeannet. Ariane L’Homme a tenu à féliciter Bruno Moreau, l’auteur graphiste de l’affiche de l’exposition qui a fait du beau travail et qui a été d’une utilité certaine pour faire connaître l’événement artistique qui a démarré le 22 juillet. Le vernissage s’est déroulé en la présence de nombreux parents et amis de l’artiste dont Marie-France Roussety, ancienne ambassadrice au service de la diplomatie mauricienne. Ariane L’Homme a bien voulu répondre à nos questions à la veille de la clôture de l’exposition. 
. Quel accueil a eu cette quatrième édition de votre expo photos?
Mon expo a été bien accueillie par les médias. Il y a eu un déplacement d’une équipe de MBC1 sur les lieux de l’expo avec la diffusion d’une interview à la télévision dans « Bonjour Maurice » et rappel au journal télévisé du soir. Weekly a assisté au vernissage, a fait des photos et a publié un article dans son magazine.L’Express a présenté l’expo et le livre d’artiste. Week-End.
. Et quel accueil du public ?
J’ai fait la connaissance de nombreuses personnes le soir du vernissage et ai eu des échanges fort intéressants avec certaines d’entre elles. Mais toutes m’ont vivement témoigné leur admiration pour mon travail et l’accrochage parfait des techniciens d’Allied Motors.
Toutefois le « grand »public a brillé par son absence. C’est peut-être dû aux difficultés d’accès, manque de curiosité artistique, ou autres empêchements, car chacun a ses activités ? Je ne saurais dire. Ce que je puis dire, c’est que l’artiste n’est pas insensible, surtout quand on sait (ou ne sait pas) la somme de travail que représente la réalisation d’une telle expo. J’allais oublier un visiteur qui a fait des remarques savoureuses sur certaines des photos et que je souhaiterais voir publiées par la presse pour ceux qui n’ont pas pu venir à Bagatelle.
. La nouveauté est le livre d’artiste. Comment a-t-il été accueilli en France et Maurice ?
Le livre d’artistes est une spécialité assez « amateur» en France en raison de son coût élevé. Il y a des amateurs de livres d’artistes qui les collectionnent. Des salons présentent les oeuvres. François Jeannet et moi ne l’avons pas encore présenté dans ces manifestations. Mais nous en avons vendu quatre exemplaires lors du lancement dans l’Atelier Moret où les gravures sont imprimées.
. Un mot pour Audi Zentrum ?
A Audi Zentrum, la galerie au premier étage est un lieu idéal pour une exposition : vastes dimensions, éclairages naturel et artificiel magnifiques, et surtout, une technique d’accrochage qui détache les oeuvres des murs et les maintient d’aplomb.
Je tiens à remercier vivement les organisatrices et le personnel en général qui m’ont accueillie, souvent au détriment de leurs propres tâches fort prenantes.
. Des projets ?
D’abord, prendre du recul et dégager les leçons qui s’imposent.
Un projet sur la commune où  j’habite ; participation à la manifestation « Visites d’Ateliers d’Artistes » le premier week-end d’octobre.