Akbar Patel a repris en mains la sélection nationale avec l’objectif de créer un groupe soudée en vue des JIOI

Le nouveau sélectionneur du Club M, Akbar Patel, a été officiellement présenté, samedi dernier, à Phoenix. Celui qui revient à la tête de « la vitrine du football », comme il appelle la sélection nationale, a déjà défini ses objectifs, tout en rappelant que le football est l’affaire de tous.

Au premier rang de la présentation, le ministre de la Jeunesse et des Sports, Stephan Toussaint, le vice-président de la Mauritius Football Association (MFA), Mustapha Chitbahal, Didier Pragassa, secrétaire général de cette même instance, et Samoo Pillay, Directeur des Sports par intérim. A leurs côtés, le nouveau sélectionneur, qui aura la lourde tâche de mener, dans moins d’un an, le Club M à la médaille d’or aux JIOI.

D’ailleurs, le principal concerné a d’emblée mis les points sur les i. D’une part, en se désolidarisant de la méthode de Francisco Filho, son prédécesseur à la tête du Club M. « Cette équipe qui a battu le Malawi en COSAFA Cup était composée d’une majorité de joueurs évoluant dans le championnat local », a rappelé Akbar Patel.

Il revient également sur les raisons qui l’ont poussé à revenir dans le giron du football. « Après 2015, j’ai pris mes distances, n’étant plus animé par la passion. J’ai essayé avec une équipe de D1, ça n’a pas marché. Et puis, on m’a demandé de m’occuper de la formation au Centre Technique François Blacquart. J’ai retrouvé mon élément. »

Pour lui, il ne pouvait refuser une telle offre, d’autant qu’on lui a proposé de s’occuper de la sélection national, vitrine du football. Afin de parvenir à l’objectif fixé par le MJS — la médaille d’or — le sélectionneur a défini trois axes de travail. En premier lieu, la création d’un groupe soudé, « qui aura envie de vivre, de travailler, de souffrir et de gagner ensemble. » Ensuite, « mettre l’accent sur la partie technique et tactique », a-t-il fait ressortir.

« Ce n’est pas parce qu’on est à domicile que ce sera plus facile », a-t-il également rappelé.

Finalement, faire appel à plus de joueurs évoluant dans le championnat local. « L’ancien sélectionneur faisait confiance aux expatriés. C’est son choix. Nous avons beaucoup de talents et il faut trouver le moyen de les booster. »

De son côté, Mustapha Chitbahal a laissé entendre que Akbar Patel était l’homme de la situation. « Il a de l’expérience pour avoir vécu plusieurs JIOI et pour avoir mené le Club M à la médaille d’or en 2003 et à l’argent en 2011 », a fait aussi ressortir l’adjoit de Samir Sobha, par ailleurs, absent de la présentation du nouveau sélectionneur.

De son côté, le ministre Toussaint a lui aussi souligner que M. Patel est l’homme de la situation. « Nous faisons confiance à Akbar Patel. Il a aujourd’hui tout le soutien du MJS pour mener à bien son objectif, qui est de ramener l’or aux prochains JIOI. »
Le patron du MJS a aussi fait état de la discipline qui doit régner au sein du groupe. « Sans discipline, les choses n’iront pas dans la bonne direction », a conclu Stephane Toussaint.


Ces bons mots dont on se passerait bien

Il y a eu, au cours de cette présentation des mots dont on se serait bien passé. En premier lieu, ceux du ministre Stephane Toussaint, qui a demandé à la presse de « faire des portraits d’athlètes. » On ne dictera pas au ministre sa façon de gérer son ministère. Doit-on lui rappeler qu’il a brillé par son absence lors de la finale de la Republic Cup 2018 ? Car, s’il ne le sait pas, la presse a malgré tout couvert le championnat.
Ensuite, ceux d’Akbar Patel. Celui-ci a demandé à la presse de n’émettre aucune critique négative contre les joueurs. « Si c’est le cas, j’imposerais mon véto, comme en 2003. » Sinon, quand un joueur n’est pas performant, on ne le lui dit pas ?

Entouré de son staff technique

Akbar Patel a fait confiance à un group qu’il connaît bien pour l’aider à la tête du Club M. Ainsi, on retrouve son ancien adjoint et responsable des gardiens, Désiré L’Enclume. A leurs côtés, Colin Bell, ancien milieu de terrain de Pamplemousses SC et capitaine de la sélection nationale en 2011. Et pour peaufiner le mental, Iswar Bulka, professeur de yoga et physiothérapeute, a également été appelé.