Toujours aux premières loges au classement final des médailles, l’île de La Réunion ambitionne de réaliser une nouvelle belle mission au cours de cette présente édition des Jeux des îles. Ci-dessous, le point dans les différentes disciplines.
ATHLÉTISME – De nouveau l’occasion de s’appuyer sur les mêmes points forts à l’heure de fouler la piste du stade Popiler. Pour glaner un maximum de médailles d’or, le sélectionneur Jean-Louis Lebon peut compter sur ses lanceurs. Laurent Dorique, fraîchement sacré champion de France élite au javelot, Éric Sandanon au poids ou Stéphane Nativel au disque font figure de grands favoris de leurs concours respectifs. Dans les autres disciplines, La Réunion s’est offert un sérieux lifting depuis les Jeux de Tana en 2007. Des jeunes comme Myriam Jalma, Loïc Mounoussamy, Olivia et Darlène Mazeau, Loïc Ah-Mouck, Sébastien Dinot ou Jean-Patrick Urbatro ont pris le pouvoir. Ils vivront leurs premiers Jeux avec le confort d’avoir bien plus à gagner qu’à perdre. En 2007, La Réunion avait décroché 33 médailles dont sept en or.
BADMINTON – Huit ans après l’aventure mauricienne, Olivier Fossy, tenant du titre en simple hommes, est toujours là et focalise toutes les attentions. Bien malgré lui puisqu’il se serait bien passé de sa blessure aux ischios. Revenu aux affaires en début de semaine, il ne sera pas à 100 % de ses moyens physiques. Quoiqu’il arrive cependant, la délégation réunionnaise n’aura pas la partie facile. Aussi bien chez les garçons que chez les filles. Aussi bien en individuel que par équipes. Les Mauriciens et Seychellois sont en effet de sérieux clients et les battre ne sera pas une mince affaire.
BASKET-BALL – Les garçons sont champions en titre, pas les filles. 2011 peut-elle être l’année du doublé ? Pourquoi pas. Les joueurs licenciés à La Réunion, renforcés par le professionnel Mickaël Var et quelques bons Kréopolitains seront les favoris d’un tournoi qui pourrait être un des plus relevés que les Jeux aient connu. Pour les filles, ce sera encore plus difficile. Renforcée un temps par la professionnelle Florine Basque, l’équipe dirigée par le duo Seperoumal – Carlot a dû faire face à sa blessure au genou qui l’a éloignée des terrains. Vanessa Turpin et Évelyne Fari auront donc la lourde tâche de faire triompher pour la première fois l’équipe féminine de basket face aux éternelles joueuses malgaches, qu’elles rencontreront en plus dès aujourd’hui en matches de poules.
BOXE – L’objectif plus ou moins avoué des dirigeants : trois médailles d’or. Avec des moyens limités par rapport à leurs concurrents qui ont multiplié les stages de préparation à l’étranger, les Réunionnais souffrent, notamment, de la comparaison avec Maurice. Médaillé d’argent en 2007, Manu Payet annonce haut et fort sa volonté de toucher de l’or en 91 kg. Après le forfait de Mickaël Raymond, Éric Dagard ou Cédric Péroumal-Candama sont les autres chefs de file d’une équipe considérablement rajeunie.
CYCLISME -. La plus faible chance réside dans le chrono individuel. Le Mauricien Yannick Lincoln, capitaine de l’équipe masculine de Maurice, est un expert en la matière. Le Seychellois Mathieu Hudson, est lui aussi un très bon rouleur, un pur spécialiste. Stéphane Lucilly, Jean-Denis Armand, ou Sébastien Elma ne le sont pas autant, les voir gagner serait une vraie surprise. En revanche, dans les autres courses, ils sont l’équipe la plus complète et homogène. Sur la course en ligne, cela pourrait en revanche bien ressembler à un loto.
FOOTBALL – Vainqueur des derniers Jeux des Îles en 2007 sur la Grande île, La Réunion aura à coeur de conforter sa suprématie dans la zone par le gain d’une nouvelle médaille d’or. Elle imiterait ainsi Madagascar qui a remporté deux JIOI consécutivement (1990 et 1993) et prendrait ainsi largement les devants au palmarès avec quatre consécrations contre seulement deux pour le Club M et les Barea. Grandissime favorite, l’équipe de Jean-Pierre Bade dispose des atouts nécessaires -une défense de fer, un milieu équilibré et une fois n’est pas coutume une attaque de feu avec Mamoudou Diallo.
HALTÉROPHILIE – Deuxième discipline pourvoyeuse de médailles aux Jeux de Mada avec 36 médailles. Cette année, on reprend quasiment les mêmes, et on est prêt à remettre ça. Les chances, elles sont pratiquement d’une médaille minimum par athlète. Quinze vont se lancer dans la compétition à partir de lundi, avec en chef de file, une certaine Sabrina Richard, un palmarès gros comme le bras avec notamment une 8e place aux derniers JO de Pékin, jouera le rôle d’éclaireuse de la délégation. Elle ne sera pas seule. Larissa Saint-Jacques est l’autre “golden woman” en puissance de la délégation. Chez les messieurs, l’expérience des Jean-Louis Leblé, Alexandre Marka ou encore Daniel Payet, sera complétée par la jeunesse flambante incarnée par Christophe Narin et Loïc Mérancienne.
JUDO – Des ambitions extrêmement élevées puisque Jérôme Listello, l’un des entraîneurs, avance le chiffre de huit médailles d’or. Il faut dire que l’effectif ne manque pas de qualité, aussi bien chez les hommes que chez les femmes. Pierre Gauvin, Thierry Grimaud ou Natcha Bénard ont déjà goûté aux joies d’une première place sur le podium et n’ont plus rien à prouver sur la scène océanique, Francis Boyer est motivé comme jamais pour prendre sa revanche et Maureen Parisot brille sur la scène nationale et européenne. Quant à Emmanuelle Payet, elle a tout simplement été désignée porte-drapeau du club R et elle aura à coeur de montrer l’exemple en décrochant un graal qui lui a échappé à Maurice en 2003.
NATATION – Si le record de la soixantaine de breloques, comme à Madagascar, est la priorité des dirigeants réunionnais, ce ne sera pas aussi “facile” que les autres années. Surtout parce que dans les îles des alentours, les progrès sont patents. Madagascar, notamment sur la brasse, est en progression forte. Maurice, avec un Directeur technique national passé par La Réunion, a effectué des progrès très importants en l’espace de quelques années, d’autant que l’équipe sera renforcée par des nageuses s’entraînant aux Etats-Unis. Les Seychelles, à domicile, avec les redoutables soeurs Austin, seront enfin la principale épine du pied des nageuses réunionnaises. Mais de son côté, La Réunion a dans ses rangs Boris Steimetz, médaillé d’argent aux JO de Pékin, et Benoît Debast, troisième meilleur français du 400 m nage libre.
TENNIS DE TABLE – Pas un seul titre à se mettre sous la dent en 2007. Quatre ans plus tard, la bande à Sébastien Maillot entend bien rectifier le tir. Nelson Fontaine ne passe d’ailleurs pas par quatre chemins quand il évoque son équipe féminine. « Tout autre résultat que l’or serait une grosse déception ». La première place, la délégation réunionnaise peut également l’envisager chez les hommes, aussi bien par équipes qu’en double avec la paire saint-andréenne Maillot-Agathe, qui se connaît sur le bout des doigts.
VOLLEY-BALL – Et si cette année était la bonne pour les garçons ? À première vue, le groupe est sur le papier aussi fort qu’en 2007 sinon plus avec la présence de l’impactant Stanley Cès au poste de pointu. Certes, l’absence de l’international tricolore, Stéphane Tolar, représente un atout de moins, mais la force de cette équipe semble être sa belle cohésion, en dehors du terrain… Les filles, championnes en titre aux Jeux, paraissent moins armées qu’il y a quatre ans. Moins expérimentées, c’est un fait. Elles auront tout à prouver.
VOILE – Avec des chefs de file tels que Solène Brain, Christian Thortrotau, ou Pierre Godet, les “voileux” ont toutes leurs chances de faire le plein de médailles au pays de la voile reine. En planche à voile tout d’abord, les Réunionnais seront emmenés par Pierre Godet. Le Saint-Pierrois semble naviguer un cran au-dessus. Sauf grande surprise, il devrait maîtriser sans sourciller les RSX. Dans son sillage, Adrien Swidzinski, le plus jeune, et Didier Blondel qui ne manque pas de références ont pu hisser leur niveau.. Solène Brain apparaît la mieux placée pour faire main basse sur la plus belle breloque en laser.