Le Conservatoire National de Musique François Mitterrand (CNFM) fête cette année ses 25 ans. Un jubilé d’argent que l’institution a tenu à marquer de fort belle manière, à travers une série d’activités qui s’échelonnera jusqu’au mois de juillet. Loin de s’enorgueillir de tout ce qui a été accompli jusqu’à présent, la directrice du CNFM préfère parler de bilan, et de la volonté de toujours s’améliorer.
Pour marquer ses 25 ans, le CNFM a choisi, parmi les diverses activités prévues pour l’occasion, d’inviter des groupes déjà formés à se faire connaître à travers une série de concerts dans ses locaux à Quatre-Bornes. Le groupe Les Inkonus a ainsi eu l’honneur de démarrer cette série de représentations, prévues chaque dernier vendredi du mois. Pour la première, les sept membres du groupe ont mis la barre très haut, avec une prestation acoustique de très bonne facture. Bien que n’ayant présenté que deux de leurs compositions, les différentes reprises dont ils ont également gratifié le public ont démontré leur volonté d’innover et de toujours apporter une touche différente, avec pour seuls instruments guitares acoustiques, batterie, cajón et autres percussions.
Pérennité
Cette initiative illustre ainsi le voeu du CNFM d’enseigner à ses élèves plus que de la musique classique occidentale. “Nous laissons aussi la place à de la musique contemporaine, allant du jazz au rock, entre autres. Il y a une filière à suivre, mais les élèves ont la possibilité d’apprendre des instruments de musique tels que la guitare électrique, la basse ou la batterie. Il y a une diversité”, explique la directrice du conservatoire, Claudie Ricaud. L’idée étant de respecter la spécificité de Maurice.
Et tout cela a demandé du temps. “Il y a eu différentes étapes à franchir, dont la mise sur pied d’un programme d’études adapté aux réalités locales, tout en respectant les normes internationales. Ainsi, on peut retrouver les mêmes programmes que ceux d’une école située à l’étranger mais, pour Maurice, le conservatoire a aussi intégré les compositeurs mauriciens. Nous tenons compte de nos réalités et ne copions pas un modèle pour l’appliquer tel quel.” Ainsi, les élèves peuvent suivre le programme de musique classique occidentale, tout en se consacrant à de la musique “non occidentale”.
“25 ans, cela peut paraître beaucoup. Mais pour un conservatoire, c’est peu”, ajoute Claudie Ricaud. Ce qui explique le choix du CNFM, d’un côté, de célébrer son accomplissement à ce jour, et de l’autre, de faire le bilan de ses activités. Il y a d’abord eu la formation des élèves – comme celle des enseignants – qui allaient prendre la relève et ainsi assurer la pérennité du CNFM. Certains des enseignants actuels sont effectivement d’anciens élèves. Une douzaine d’années a ainsi été consacrée à cet exercice.
Public mélomane
Au fil du temps, sur le plan pédagogique, de nombreuses collaborations avec d’autres institutions comme le Mauritius Institute of Education et le Mahatma Gandhi Institute ont vu le jour. De même que des échanges dans le cadre du programme d’études du primaire et du secondaire, où la formation de base a été dispensée. Avec le Mauritius Examination Syndicate, le CNFM a été utilisé pour la tenue des examens du Higher School Certificate. “Nous sommes un centre agréé par Cambridge”, souligne Claudie Ricaud, qui ne s’enorgueillit nullement de tout ce qui a pu être accompli. “Nous avons beaucoup de projets, et il y a toujours moyen de s’améliorer et de progresser davantage. Si nous restons sur la satisfaction de ce que nous avons accompli, nous risquons de nous endormir sur nos lauriers et stagner.”
Claudie Ricaud peut toutefois se réjouir d’accueillir 2 000 élèves chaque année, alors qu’ils n’étaient qu’une centaine seulement durant les premières années. Même si, constate-t-elle, tout le monde ne fait pas de la musique son métier ou sa passion, beaucoup, malgré le choix d’une autre carrière, constituent le public mélomane qui assiste régulièrement aux concerts donnés par le CNFM. Et le conservatoire s’assure qu’il y aura toujours un public averti pour voir à l’oeuvre ceux qui ont été formés.
Le CNFM a, par ailleurs, ouvert plusieurs antennes à travers l’île (Grand-Baie, Port-Louis, Beau-Bassin, Bambous, Souillac, Curepipe et Mahebourg). Les cours dispensés sont du même niveau que ceux donnés à Quatre-Bornes.
———————————————————————————————————————————
La musique selon Les Inkonus
Sublime ! C’est ainsi qu’on peut qualifier le concert donné par le groupe Les Inkonus au Conservatoire National François Mitterrand. Au vu de leur excellente prestation, nul doute que ce groupe ne restera pas longtemps… inconnu ! Invité par l’institution quatrebornaise, ils ont inauguré la série de représentations qui auront lieu chaque dernier vendredi du mois, au conservatoire. Reprenant des morceaux populaires, le groupe a apporté une touche particulière en les imprégnant de son style et, surtout, en les interprétant en acoustique. Résultat : une véritable bouffée de fraîcheur, à travers des chansons et des mélodies qui ont peut-être été archi entendues, mais qu’on redécouvre avec plaisir, grâce à la recherche musicale effectuée pour construire quelque chose de nouveau.
Même s’ils se font appeler Les Inkonus, le groupe n’était pas à sa première prestation sur scène. Il a en effet participé à l’ouverture du Festival Kreol l’an dernier, et s’est également produit lors des célébrations marquant le 15e anniversaire du Caudan Waterfront.
———————————————————————————————————————————
Calendrier
Vendredi 16 mars: Concert pour la valorisation du patrimoine culturel mauricien par le Conservatoire National François Mitterrand, à l’auditorium Francis Thomé à 18 h 30. Des projections sont aussi prévues.
Vendredi 30 mars: Plate-forme ouverte aux groupes locaux invités par le CNFM, de 19 h à 20 h à l’auditorium Francis Thomé.
Vendredi 21 avril: Récital de Bruno Fontaine, pianiste de renommée internationale, en collaboration avec l’Institut Français de Maurice, à 20 h à l’auditorium Francis Thomé.
Vendredi 27 avril: Plate-forme ouverte aux nouveaux groupes locaux invités par le CNFM, de 19 h à 20 h à l’auditorium Francis Thomé.
Concerts de musique vocale sacrée: Plusieurs concerts sont prévus à partir du 2 mai dans diverses églises et régions de l’île : mercredi 2 mai à Ste Hélène, jeudi 3 mai à St James, samedi 5 mai à Mahebourg, et dimanche 6 mai à Goodlands. Les représentations sont gratuites et constituent une rétrospective des oeuvres présentées par le conservatoire depuis 1996, année de la mise sur pied de la chorale de l’institution.
Vendredi 25 mai: Plate-forme ouverte aux nouveaux groupes locaux invités par le CNFM, de 19 h à 20 h à l’auditorium Francis Thomé.