Le ministre du Travail et les représentants des travailleurs de la CNT ont signé un accord « under protest » samedi matin portant sur une hausse des salaires de 19 % à l’intention des employés de la Corporation Nationale du Transport (CNT) et qui sera étalée sur trois ans. Toutefois, malgré les revendications syndicales, cet accord ne porte pas sur la révision des conditions de travail. Dans cette optique, le ministre du Travail, Shakeel Mohamed, s’est engagé à ce que le NRB rende son rapport public d’ici six mois. Les syndicats de leur côté poursuivent leur mobilisation.
Les employés de la CNT ont opté vendredi soir au Tamil Hall à Vacoas pour la signature d’un accord « under protest », qui permettrait par la suite la révision des conditions de travail. D’ailleurs, depuis le 26 juin (ndlr : grève générale des employés de la CNT), les discussions tripartites ont porté sur une augmentation salariale et sur la révision des conditions de travail.
Si la hausse salariale a été établie à 19 %, le patronat de la CNT et le gouvernement ont toutefois refusé de s’avancer sur la révision des conditions de travail. Or, pour les syndicats représentant les employés de la compagnie d’autobus, il ne s’agit pas d’un accord s’il n’inclut pas les conditions de travail.
Le ministre du Travail, Shakeel Mohamed, a donné sa parole, samedi à la Victoria House, que le rapport du National Renumeration Board (NRB) sur les conditions de travail sera rendu public d’ici six mois. Les syndicalistes de la Platform Travayer Transpor (PTT) comptent suivre cette affaire de près. « Le tempo est maintenu jusqu’à l’obtention d’une révision des conditions de travail », soutient Deepak Benydin, président du National Trade Union Congress (NTUC) et négociateur. Il soutient que la PTT a déjà commencé à déposer ses revendications devant le NRB et que d’autres, à l’instar de la United Bus Industry Workers (UBIW) le feront aujourd’hui. Le renouvellement de la flotte d’autobus, promis par Anil Bachoo, vice-Premier ministre et ministre des Infrastructures publiques est également à l’ordre du jour, soutient-il.
Reeaz Chuttoo, de la Confédération des Travailleurs du Secteur Privé, a déclaré au Mauricien ce matin que la PTT s’est préparée à toute éventualité. « Dans le but d’encourager la mobilisation des travailleurs, une campagne d’affiches contre le travail précaire a été initiée par la CTSP. Cette campagne a été soutenue par le ministre du Travail lui-même », a-t-il indiqué.
Ashok Subron, négociateur pour la UBIW a quant à lui indiqué que l’accord signé samedi réserve aux syndicats « their rights to conduct negociations on issues not covered in this agreement, after a minimum period of 6 months, notwithstanding section 67 of the Employment Relations Act ». Et de préciser que « negociations with a view to revising the present collective agreement may be initiated as from 3 months before expiry of the agreement ».
Avec cet accord, portant sur la hausse salariale de 19 %, les autorités compétentes annonceront dans les jours qui viennent la date à laquelle les nouveaux tarifs entreront en vigueur. Une hausse tarifaire de 12 % a déjà été avalisé par le Conseil des ministres il y a une semaine.