Les travailleurs du transport ne seraient pas en sécurité à Rivière-des-Galets, laisse entendre Poomindra Letchanna, représentant de la Transport Workers Union (TIWU). Beaucoup de receveurs, soutient-il, auraient été attaqués à cause de la forte somme d’argent qu’ils ont sur eux. Afin de remédier à cette situation, il sollicite une présence policière de 17 h à 20 h pendant la semaine à Rivière-des-Galets. Par ailleurs, il demande plus de transparence de la part des autorités concernant l’achat de bus et les nouvelles directives de la CNT.
Poomindra Letchanna soutient que les receveurs rencontrent des problèmes avec « les personnes ivres ki rod lager ek zot parski zot ena reset travay ar zot. Sef de gar ek resever gagn bate ». En effet, en jours de semaine excepté le week-end et les jours fériés, les bus restent à Rivière-des-Galets une fois tous les trajets effectués. Toutefois, la recette de la journée doit être remise au dépôt de Souillac. Par conséquent, le receveur se voit contraint d’attendre seul qu’un autre transport vienne le récupérer pour le conduire à Souillac.
Afin de remédier à cette situation, le représentant de la TIWU réclame une présence policière de 17 h à 20 h à Rivière-des-Galets. Il demande aussi que la CNT affecte un caissier à Rivière-des-Galets afin d’éviter que le receveur ait sur lui la recette du jour.
La TIWU s’interroge aussi sur la l’arrivée des nouveaux autobus, d’autant qu’avec la rentrée scolaire, le nombre de passagers a augmenté. « Il faut nous donner une date précise. On doit savoir quand on aura les nouveaux bus. Il faut nous donner une preuve tangible en ce qui concerne le nombre de bus commandé. Où la commande a-t-elle été passée et combien cela a-t-il coûté. »
Par ailleurs, Poomindra Letchanna se lamente de l’injustice au sein de la CNT. Il avance que le Ticket Examiner ne fait pas « son travail comme il se doit ». « C’est injuste que le receveur soit sanctionné à la place du passager quand c’est ce dernier qui n’a pas payé son ticket. Selon la loi, quand un passager voyage sans ticket, il a une amende. Alors pourquoi est-ce qu’un receveur doit passer devant un board disciplinaire quand un passager ne paie pas son transport ? », fait observer la TIWU, qui déplore le manque de transparence à la CNT en ce qui concerne les nouvelles directives. « Noun gagn lord tay ticket avan bis demare Curepipe. Les passagers protestent car ils ne sont pas au courant de cette nouvelle directive. À chaque fois c’est la même chose. » La TIWU est d’avis que la CNT doit émettre des communiqués de presse pour informer le public avant d’imposer ces directives.