Prithiviraj Sombary Doss, chauffeur de la CNT, a mis fin à sa grève de la faim hier après-midi. Suite à des négociations entre son avocat et la direction de la Corporation Nationale de Transport (CNT), il a été décidé qu’il reprendra le travail lundi prochain. Le secrétaire de la NTC Workers’ Power Union avait été suspendu après avoir déclaré, lors d’une conférence de presse, que la CNT ne rémunérait pas ses chauffeurs et receveurs selon les dispositions de la loi, pour le service « special route » du 1er mai.
Prithiviraj Sombary Doss avait été suspendu le 2 mai dernier. Toutefois, le lundi 15 mai, il a repris le travail, averti par ses collègues que son nom figurait sur le « roaster ». Mais deux jours plus tard, il a de nouveau été interdit de ses fonctions. Ce qu’il a qualifié comme étant « illégal », d’où sa décision d’entamer une grève de la faim le mercredi 17.
Hier, suite à des négociations avec son homme de loi, Me Rama Valayden, la CNT a décidé de lever la suspension à l’encontre de Prithiviraj Sombary Doss. Comme le principal concerné est encore affaibli après une semaine de grève de la faim, quelques jours de congé lui ont été accordés. C’est lundi qu’il reprendra son poste. Prithiviraj Sombary Doss laisse entendre que les négociations continueront avec la CNT sur plusieurs points de litige, dont des transferts qualifiés de « punitifs » des membres du syndicat.
Du côté de la CNT, Sunil Gopal, le responsable de communication, confirme la levée de suspension, tout en précisant qu’à la demande du principal concerné, un comité disciplinaire se réunira le 1er juin. Il rappelle qu’au cours de sa grève, Prithiviraj Sombary Doss avait soumis quatre revendications, soit sa réintégration, la révision du « package » proposé pour le service spécial route du 1er mai, l’application du « check off » pour les membres du syndicat et une reconsidération des transferts jugés « punitifs ».
La réintégration étant déjà d’actualité, en attendant le comité disciplinaire, la CNT annonce qu’elle demandera un avis légal sur le package du 1er mai. Pour ce qui est du « check off », le cas est actuellement devant l’Employment Relations Tribunal. Pour l’heure, rien n’est prévu au sujet des transferts.
Par ailleurs, le gréviste avait également réclamé le départ du responsable des ressources humaines de la compagnie, condamné pour vol à la cour de Flacq. La CNT a déjà fait valoir que ce dernier reste en poste en attendant son appel dans cette affaire.
Rappelons qu’à part le cas de Prithiviraj Sombary Doss, le président de la NTC Workers’ Power Union, Vijay Bhantoo, a été renvoyé l’année dernière pour avoir dit dans une conférence de presse que la CNT avait supprimé les freins manuels dans les autobus de la marque Yutong. Il a logé une plainte à la Cour suprême.