Les négociations engagées au niveau de la CNT pour une hausse salariale aborderont une étape déterminante ce mercredi avec une réunion tripartite. En effet, les syndicalistes de l’Union of Bus Industry Workers s’attendent à ce que le General Manager de la CNT, Robine Soonarane, dépose sur table un chiffre définitif.
Au cours du dernier round des négociations présidées par le ministère du Travail, le General Manager de ce corps parapublic avait fait comprendre qu’il a proposé trois scénarios au ministre du Transport, Anil Bachoo, soit une augmentation de l’ordre de 45%, de 35% ou de 25%. Et c’est à partir de là, a-t-il soutenu, qu’il sera en mesure de présenter le quantum à la réunion tripartite.
Ainsi, ce mercredi, Robine Soonarane devra également présenter le pourcentage de la perte du pouvoir d’achat d’un employé de la CNT depuis ces dernières années. Déjà du côté des syndicalistes, on fait comprendre que l’enjeu de la prochaine réunion est de taille, car il déterminera la marche à suivre de cette crise à la CNT. Une menace de grève générale dans le secteur du transport en commun persiste toujours surtout dans l’éventualité où les négociations pour une révision salariale à la hausse échouent.
Entre-temps, les syndicalistes poursuivent leur campagne en expliquant que l’augmentation salariale de 45 % réclamée est amplement justifiée au vu de la conjoncture. “Nou pa apel sa enn augmentation. Se seki CNT dwa nou. Prenons un simple exemple : depuis 2008, le prix du ticket d’autobus a augmenté à deux reprises alors que le salaire des employés est resté le même. Les autres compagnies de transport qui tentent de faire croire qu’elles n’ont pas les moyens financiers de payer ces 45 % d’augmentation est une insulte à l’intelligence des travailleurs. Une des compagnies qui avance qu’elle ne peut pas augmenter le salaire de ses employés a réalisé plus de Rs 64 millions de profit en 2011 et plus de Rs 41 millions pour 2012 !”, déclare avec force les syndicalistes de l’UBIW tout en faisant remarquer que celui qui conduit la voiture du General Manager de la CNT touche Rs 20 680 par mois, alors qu’un chauffeur d’autobus touche Rs 10 800 après 33 années de services.
Ainsi, la campagne de mobilisation de l’UBIW s’est intensifiée depuis le début de cette semaine avec des réunions successives sur les différents dépôts à travers l’île. Cette série de consultations de l’état-major de l’UBIW avec l’intégralité des travailleurs du transport en commun culminera sur une grande manifestation prévue le samedi 17 août.