Avec la décision du gouvernement de faire machine arrière quant à la majoration du ticket d’autobus devant entrer en vigueur aujourd’hui, les employés de la Corporation Nationale de Transport (CNT) pourraient se réunir en assemblée générale ce soir pour dégager une nouvelle stratégie. Par ailleurs, les réunions annoncées avec les employés dans les dépôts de la compagnie demeurent en suspens…
Le ministre du Travail, Shakeel Mohamed, a confirmé hier lors d’un point de presse « express » l’annulation de la majoration du ticket d’autobus et a laissé entendre que « la balle est dans le camp des syndicats ». Du côté de la Platform Travayer Transport (PTT),  qui représente les intérêts des travailleurs de la CNT, aucun accord ne peut être signé tant que les conditions de travail ne sont pas revues. Elle décidera de la marche à suivre avec les employés ce soir.
Reeaz Chuttoo, membre de la Confédération des Travailleurs du Secteur Privé (CTSP) et négociateur pour la PTT, déplore la volonté du gouvernement d’augmenter le prix du ticket d’autobus à la suite de la hausse salariale accordée aux employés du secteur du transport. Il s’est également indigné que le directeur de la CNT, Robin Soonarane ait indiqué lors d’une récente réunion que les négociations collectives ne pouvaient porter sur les conditions de salaires et que les syndicalistes devaient se référer au National Renumeration Board (NRB) à cet effet.
Ce revirement de situation de la part des autorités quant à la hausse du ticket d’autobus « a pour but de protéger l’image politique des ministres Bachoo et Mohamed », dit-il.
Pour sa part, Deepak Benydin, de la National Trade Union Congress (NTUC), déplore l’attitude du gouvernement de vouloir faire porter le chapeau aux employés du transport, s’agissant de la hausse des tarifs de bus. Selon lui, l’accord collectif ne peut être signé sans qu’une quarantaine de conditions ne soient négociées. Le rejoignant dans ses propos, Alain Kistnen, secrétaire de la United Bus Industry Workers (UBIW), est d’avis que « la balle est dans le camp de la CNT ». Il estime que le gouvernement devrait revoir sa position et proposer « des conditions acceptables » pour que les travailleurs, le gouvernement et le patronat profitent d’une « win-win situation ».
En attendant, du côté de la PTT, tout semble indiquer qu’un dénouement pourrait avoir lieu avant le 13 août, date retenue pour une nouvelle réunion consultative avec le directeur général de la CNT.
Pour rappel, la Platform Travayer Transport regroupe la Transport Corporation Employees Union (TCEU), la Transport Industry Workers Union (TIWU), la National Transport Corporation Employees Union (NTCEU) et la Bus Industry Traffic Officer Union (BITOU).