Le panel de syndicats des employés de la CNT a lancé un appel au Premier ministre, Navin Ramgoolam, concernant le sort des employés de la CNT. Ces derniers réclament une augmentation des salaires de l’ordre de 20 %. Ils veulent aussi que les salaires de tous les employés soient régis par le PRB. Car, actuellement, certains sont régis par le PRB et d’autres, comme ceux des receveurs et des chauffeurs d’autobus, par le National Remuneration Bureau (NRB).
Le panel des syndicats des employés de la CNT regroupe la Transport Corporation Employees’ Union (TCEU), la Transport Industry Workers Union (TIWU), la National Transport Corporation Employees Union (NTCEU) et la Bus Industry Traffic Officers Union (BITOU). Face à la presse dans la matinée, Prem Moocheet, président de la Transport Corporation Employees’ Union (TCEU), a lancé : « Le PM ne s’est pas encore prononcé au sujet des employés de la CNT […] Nou ena nou mo a dir. Nou dimann PM ekout nou. Nou pa pe dimann plis, me selman seki nou merite. »
Prem Moocheet, aux côtés des représentants syndicaux Reeaz Chuttoo, Jane Ragoo et Deepak Benydin, a fait référence à la demande du panel de syndicats de la CNT pour une augmentation salariale de 20 %, justifiant cette demande par le coût de la vie, qui depuis 2008 — année de la publication du dernier rapport du NRB qui régit le salaires de certains employés du transport public — n’a cessé d’augmenter.
Deepak Benydin a évoqué de son côté, une « énorme disparité et une discrimination » entre les salaires des employés de la CNT régit d’une part par le PRB et d’autre part, par le NRB et demande au gouvernement de corriger cette anomalie. « La CNT est le seul corps para-étatique présentant cette anomalie », fait-il remarquer. Il attribue d’autre part la situation financière de la CNT à une gestion chaotique du management de la corporation. La structure salariale doit également être revue en tenant compte de l’ancienneté, particulièrement pour les employés ayant plus de 30 ans de service et dont le salaire de base tourne autour de Rs 10 800. Autre proposition : que les employés soient employés définitivement au bout de deux ans.
Le syndicaliste Reeaz Chuttoo a quant à lui tenu à rétablir certains faits. À aucun moment, a-t-il fait comprendre, les employés n’ont fait une proposition d’augmentation salariale de 47 %. Ces informations, dit-il, sont erronées, et constituent, selon lui, « des tentatives de tous bords pour déstabiliser la force qui a été créée ». « Tous les syndicats de la CNT se sont ralliés à un seul pourcentage d’augmentation de 20 % », soutient-il.
S’agissant d’une éventuelle grève dans le secteur du transport, le syndicaliste de la CTSP a par ailleurs indiqué que cette décision relève des employés. « Lors d’une assemblée lundi soir à Rivière-du-Rempart, les employés ont décidé de suivre jusqu’au bout les négociations. Le 17 juillet prochain, en cas d’insatisfaction, la plateforme compte convoquer une assemblée afin que les employés décident de la marche à suivre », a-t-il laissé entendre.