Rencontrant la presse hier en fin d’après-midi après les négociations avec les syndicats des employés de la Corporation Nationale de Transport, les ministres Shakeel Mohamed et Anil Bachoo ont donné le détail de l’accord conclu pour mettre fin à la grève des employés de la CNT. Dans la même foulée, ils ont accusé l’Opposition MMM-MSM d’avoir une « stratégie pour déstabiliser ». Même Paul Bérenger en a pris pour son grade.
« Mo trouv le leader de lopozisyon ek sertin politisien de lopozisyon ki pe rod pran avantaz de la sitiasyon pou kree linstabilite dan pei », a soutenu le ministre Shakeel Mohamed en se référant à la grève que les employés de la CNT ont décidé de déclencher. « Se enn prosesis… Le leader de l’Opposition ek lansien Leader de l’Opposition samdi inn koz manifestasyon dan Brezil, dan Turkie… se parski zot lobzektif prinsipal se refer seki zot ti fer dan lezane 1970, setadir lagrev pou destabiliz pei… », a-t-il ajouté. « Zot pe rod zot prop avancement politik », a-t-il martelé.
Selon Shakeel Mohamed, l’opposition a essayé de créer de l’instabilité sociale dans le pays « par un coup d’État avec l’affaire de MedPoint ». Puis, elle a voulu la faire en évoquant « skandal lor swadizan skandal kont gouvernma ». « Me zot pa finn reysi ! », s’est-il félicité. « Aster zot ena enn 3e stratezi : paraliz pei… Se enn stratezi ki danzere ! », a-t-il lancé en parlant de la grève à la CNT.
Selon le ministre « ena malerezma sertin politisien ki pe tourn otour travayer kuma bann votour », a-t-il auparavant affirmé. Il s’est alors félicité dans ce contexte que « trwa finn gagn pouse depi CNT », en se référent à Pravind Jugnauth, Showkutally Soodhun et Nando Bodha, qui auraient été hier pris à partie par les grévistes de la CNT.
« Si zot perdi zot plas travay eski se Pravind Jugnauth ki pou donn zot bouse manze ? », s’est encore demandé Shakeel Mohamed.
Le ministre s’en est pris dans se contexte à Paul Bérenger. « Kan travayer finn perdi plas dan Vacoas Transport, mem Paul Bérenger pa finn donn personn enn bouse manze », a-t-il insisté. « Na pa les zot inflianse par bann lafors okilt, par sertin politisien ki pe rod fer remake dezane 1970 », a-t-il ajouté.
Shakeel Mohamed a rappelé qu’à cause de la grève à Vacoas Transport en 1979, des employés ont été licenciés. « Tou sala parski zot ti pouse par le MMM pou fer lagrev konsernan recognition dans lindistri sikrier ki pa ti enan rien a fer ek sekter transport », a-t-il affirmé, en ajoutant qu’il voit dans cette grève une répétition de cela.
Le vice-Premier ministre et ministre des Infrastructures publiques, Anil Bachoo, a dans les grandes lignes repris les accusations de son collègue contre l’Opposition. « Nou fode pa blie seki lopozisyon pe fer… Le leader de l’Opposition pe dir ki bann bis CNT se bann korbiyar. Se enn insilt kont bann sofer CNT ki kuma dir pe kondir korbiyar », avant de rappeler lui aussi les grèves des années 1970 dans l’industrie du transport en général.
Parlant de la grève des employés de la CNT qui était alors toujours en cours, les deux ministres ont d’abord donné le détail des décisions arrêtées lors des négociations avec les syndicats. Puis, Shakeel Mohamed et Anil Bachoo ont exprimé la fermeté du gouvernement contre les grévistes au cas où ils continueraient à ne pas reprendre le travail. « Si zot pa tann nou lapel nou pou bizin pran aksyon kouma enn gouvernma responsab ki ena lintere du public voyazer aker ! », ont-il menacé d’une seule voix.