Les employés de la Corporation Nationale de Transport, réunis en Assemblée générale spéciale hier soir au Tamil Hall, Vacoas, ont adopté à l’unanimité une motion de leurs représentants syndicaux réclamant le maintien du mot d’ordre de la suspension de la grève donné jeudi dernier. Mais ces derniers ont insisté qu’il y aura grève « si travayer pa satisfe ek negosiasion ». En attendant, pour démontrer qu’ils restent mobilisés, les travailleurs ont été invités à une première manifestation ce samedi à Rose-Hill contre la discrimination entre les travailleurs du secteur privé et les fonctionnaires, et à une deuxième le mercredi 17 juillet à Port-Louis pour la « justice salariale ».
« Si nou pas satisfe, nou pou retourn dan sa lasal-la ek nou pou pran desizion fer lagrev… Sa fwa-la li pou enn lagrev legal parski nou pou finn swiv tou prosedir lalwa », a lancé Reeaz Chuttoo sous les cris d’approbation d’une salle bondée, chauffée à blanc. « Dabor sa desizion-la pou konsern zis travayer CNT… Me apre, li pou konsern osi tou bann travayer sekter transpor dan Moris », a poursuivi le syndicaliste, chaudement applaudi. « Si pa gagn satisfaksion, nou pou zete », a pour sa part affirmé Ashok Subron, en parlant des négociations qui avaient commencé dans la journée.
Pour Reeaz Chuttoo, les travailleurs du secteur du transport à Maurice « pe viv enn moman istorik » avec les négociations qui ont eu lieu dans la journée avec le ministre du Travail, Shakeel Mohamed. « Dabor, pou la premie fwa dan sekter transpor, gouvernman finn dakor pou sign enn lakor kolektif. Aret siplie minis pou reviz Remuneration Order pou enn saler minimal. Ou bann employeur oblize asiz lor enn latab ek reprezantan travayer pour negosie. Et sa, se travayer CNT ki finn montre lavwa », a-t-il expliqué. Il a insisté que les employés de United Bus Service, de Triolet Bus Service, de Rose-Hill transport doivent également revendiquer leurs accords collectifs respectifs. Pour le syndicaliste, cette « victoire » a été possible parce que « 100% bann travayer CNT finn zete ».
« Deziem viktwar, minis finn dir ek so labouss ki gouvernman dakor pou donn enn ogmantasion saler. Trwaziem viktwar : minis finn konpran ki CNT se sel konpani dan Moris kot ena enn diskriminasion institisionalize : enn kote bann travayer kol blan dan biro gagn saler PRB, ek de lot kote travayer kol ble dan latelie gagn saler NRB… Minis finn dir ki gouvernman pe pran desizion pou elimine sa diskriminasion-la », a-t-il ajouté. Et d’annoncer que les travailleurs sous PRB seront redéployés dans les autres ministères. « Larzan CNT ki pou reste kan nepli bizin pey PRB bizin vinn pou travayer », dit-il.
« Prosenn negosiasion vendredi. Tan ki nou pa gagn satisfaksion, nou bizin res mobilize », a insisté Reeaz Chuttoo. « Shakeel Mohamed ek Bachoo fer travayer per perdi plas. Li dir lagrev ilegal. Me lagrev kan bizin ena li pou ena li… Travayer CNT finn montre ki li pa per », a pour sa part lancé Ashok Subron. « Se lor ledo bann travayer bann gran sekter kouma transport, le port ek lindistri sikrier ki bann parti politik finn monté », dit-il.
Ashok Subron affirme que les travailleurs ne vont plus « tolérer » l’injustice dans le pays. « Enn kote ena dimounn ki travayer me ki pa kapav roul zot la kwizinn, de lot kote ena dimounn ki ena plis ki Rs 500 M dan la bank ek ki pe angrese ! (…) Enn gouvernman ki kas lakor, ki mank direspe a bann travayer, se enn gouvernman ki pa merit et dan gouvernman », a-t-il lancé en évoquant la volte-face du GM sur la question de l’attribution des lignes de la CNT aux autres compagnies de transport.
Ashok Subron a néanmoins souligné « certaines avancées » dans les négociations avec le gouvernement à travers leur rencontre avec le ministre du Travail dans la journée. Il a cependant annoncé l’intensification de la mobilisation des travailleurs « ziska ki travayer CNT gagne satisfaksion ».
D’autres personnes ont également pris la parole dont Crecentia Mofokeng, représentante pour l’Afrique et le Moyen Orien de la Building and Wood Workers’ International. Cette dernière a exhorté les travailleurs à la solidarité. « C’est en restant unis que vous aller réussir », a-t-elle insisté.