La famille de Sangaren Ellapen de Goodlands, lequel est soupçonné d’avoir tiré des coups de feu sur Karim Moheeden vendredi dernier, a été réveillée aux petites heures du matin quand des cocktails molotov ont été jetés chez elle.
La police est à la recherche de deux suspects. Cela après que l’un des proches de Sangaren Ellapen a déclaré aux enquêteurs qu’il avait entendu l’un des deux hommes qui étaient à moto, avec des cocktails molotov à la main, prononcer le nom d’un certain N.
Sheela Ellapen, la mère, qui a repéré une motocyclette en tirant les rideaux, raconte : « J’ai entendu des bruits dehors. J’ai vu deux hommes lancer des cocktails molotov sur la maison de mon fils. Mo dir zot pa bril so lakaz. Zot kontinie lanse. »
Les bruits provoqués par l’explosion des bouteilles ont alerté toute la famille, dont Vimla, l’épouse de Sangaren Ellapen. Craignant le pire, celle-ci, poursuit Sheela Ellapen, s’est allongée à côté de son fils sur le lit pour le protéger.
« Nous avons eu très peur. Nous n’avons jamais pensé que nous nous retrouverions dans une telle situation pour une affaire de chien », poursuit à son tour Siva, le père du suspect. Aveugle, il dit avoir compris que les deux hommes à moto n’étaient pas venus pour leur faire des cadeaux. « Moi aussi mo finn tann zot conversation. Zot inn vini avec move lintansion ».
La CID de Goodlands, les éléments de la police régulière de Goodlands et le Scene of Crime Office (SOCO) étaient sur place quelques minutes après.
Karim Moheeden, 31 ans, habitant Plateau Road, Goodlands, a été blessé vendredi soir lorsque des coups de feu provenant d’une fourgonnette l’ont atteint à l’épaule.
Il a pu rentrer chez lui samedi après une intervention chirurgicale à l’hôpital du Nord.
Une vive altercation a eu lieu entre les frères Moheeden et Ellapen dans la même soirée à la rue Plateau Goodlands, parce que Sangaren Ellapen aurait heurté un chien.
Sangaren Ellapen, 37 ans, soupçonné d’être le tireur, a été interpellé le même jour.
Dans une déposition consignée au poste de la localité, il a raconté qu’il a été victime du vol de sa chaîne en or d’une valeur de Rs 32 000 avant d’être agressé par les frères Moheeden qui lui avaient barré la route.
Sangaren Ellapen a comparu devant le tribunal de Pamplemousses lundi. Il répond d’une charge provisoire de tentative de meurtre. La police a objecté à sa remise en liberté.