Les Seychelles sont en faveur du développement d’un partenariat avec le Sri Lanka, a affirmé le ministre des Affaires étrangères des Seychelles Jean Paul Adam au Mauricien, en marge de la réunion ministérielle de l’Indian Ocean Rim Association for Regional Cooperation (IOR/ARC).
« Le Sri Lanka a fait une demande d’adhésion à la COI. Les Seychelles, ainsi que tous les pays membres de la COI, ont leur propre spécificité. Nous sommes des îles et avons une histoire partagée. Le Sri Lanka partage l’aspect insulaire mais ne partage pas l’histoire. Nous sommes d’avis qu’il nous faut développer un partenariat avec le Sri Lanka. Il est bien entendu que ce partenariat demande à être défini », a expliqué Jean Paul Adam.
Pour le ministre seychellois des Affaires étrangères, la première réunion ministérielle de l’IOR consacrée à l’économie et aux affaires est une avancée dans la bonne direction. « Tenant en compte les opportunités existant dans la région pour les petits États comme les Seychelles et Maurice, il nous faudra relever des défis importants dont l’ouverture du commerce et des marchés et l’amélioration de la connectivité aérienne et maritime. Il y a un nouveau dynamisme », a-t-il observé.
Jean Paul Adam souligne que Maurice et les Seychelles parlent d’une même voix sur le dossier de l’économie océanique. « En tant que pays insulaires nous ne pouvons parler de “green economy” sans parler de “blue economy” », a-t-il insisté. Il estime que l’accord conclu entre les Seychelles et Maurice sur la zone maritime partagée est un exemple pour le monde. « Il est évident que l’exploitation de nos ressources dans cette zone nécessitera le développement de partenariats entre nos deux pays et avec des pays tiers pour la recherche et pour le développement. Nous sommes de petites îles mais de grands pays océaniques ».
Le ministre seychellois a annoncé que des concessions sont en voie de négociation dans la zone seychelloise. « Des compagnies ont déjà commencé les recherches. Nous sommes à un stade où il nous faut faire des concessions en vue des test drillings pour voir s’il y a des produits pétroliers dans la région ».
Le ministre a également souligné l’importance d’un nouveau cadre de gouvernance pour le développement océanique régional. « Nous travaillons à l’élaboration d’un nouveau cadre de gouvernance avec l’aide du Commonwealth et des Nations unies », indique Jean Paul Adam.