Le Deputy Prime Minister et ministre des Utilités publiques, Ivan Collendavelloo, est investi en ce début d’année d’une importante mission diplomatique sur le plan régional. En effet, en fin de semaine, il se rendra à Madagascar, en remplacement du Premier ministre, Pravind Jugnauth, pour la cérémonie de prestation de serment du nouveau président malgache, Andry Nirina Rajoelina. Mais il sera également porteur d’un message spécial du chef du gouvernement au nouveau président malgache avec pour objectif de resserrer les liens entre Maurice et la Grande Île.

D’autre part, la Commission de l’océan Indien (COI) a lancé un appel à la communauté internationale et aux bailleurs de fonds de Madagascar pour qu’ils accordent à celle-ci « un soutien vigoureux et immédiat » dans le sillage de la dernière présidentielle. Des sources dignes de foi à l’hôtel du gouvernement indiquent que le gouvernement envisage d’inviter le président Rajoelina en tant que “Chief Guest” aux prochaines célébrations de la fête nationale du 12 mars.

Cette invitation officielle devrait être transmise au président malgache en fin de semaine par le No 2 du gouvernement. Pravind Jugnauth, qui se rendra en Inde en mission officielle à partir de samedi, ne pourra répondre positivement à l’invitation officielle du président malgache. Ivan Collendavelloo, qui se trouve actuellement en mission à Abou Dabi, a été désigné donc en remplacement. Il aura également pour tâche d’aborder avec les autorités malgaches la prochaine visite du pape François dans l’océan Indien. Le chef de l’Église catholique a confirmé qu’il se rendra en 2019 à Madagascar, sans préciser s’il avait l’intention de faire un saut à Maurice à cette même occasion.

Le leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval, a aussi été invité à la cérémonie de prestation de serment d’Andry Nirina Rajoelina samedi prochain. Il se rendra à Antananarivo, jeudi, accompagné d’Azad Doomun, qui s’y est déjà rendu en éclaireur la semaine dernière. D’autre part, la Commission de l’océan Indien est montée en première ligne pour mobiliser la communauté internationale derrière le nouveau pouvoir politique malgache. « Leur engagement résolu est indispensable à l’atteinte d’une croissance solidaire et durable à Madagascar, condition première du développement et de la sécurité de toute la région », soutient la COI. Cet appel est contenu dans un message diffusé à la suite de la confirmation de l’élection d’Andry Nirina Rajoelina à la présidence de la République de Madagascar par la Haute cour constitutionnelle cette semaine.

La COI, tout en respectant la souveraineté inaliénable de ses États membres, a transmis au président élu de Madagascar son désir de travailler étroitement à la coordination des efforts, comme elle le fait déjà en matière de sécurité maritime et de sécurité alimentaire et nutritionnelle. « Au moment où s’ouvre ce nouveau chapitre de l’histoire de Madagascar, la COI veut assurer solennellement le futur chef de l’État et l’ensemble des forces politiques de son appui et les invite à dépasser les différends du passé au profit d’un élan national bénéfique à tous les Malgaches.

À cet élan, la COI apportera son concours fraternel et démontrera que la solidarité régionale de l’Indiaocéanie n’est pas un vain mot. Au nom du président du Conseil, la COI adresse encore ses plus chaleureuses félicitations au président élu, auxquelles elle joint les voeux sincères qu’elle forme pour son plein succès, qui sera celui de tous les États membres dans le rayonnement que nos peuples attendent de nous comme nations insulaires portant l’espoir d’une paix et d’une prospérité bénéficiant aux générations d’aujourd’hui et de demain », souligne le message de la COI. Par ailleurs, la COI a célébré le 10 janvier le 35e anniversaire de sa création.

Dans un message publié à cette occasion, le président de la COI et vice-président de la République des Seychelles, François Méritons, souligne que « ces 35 ans nous renvoient au parcours d’hommes et de femmes de plusieurs générations qui ont su porter avec courage les justes causes et les bons combats, qui ont contribué à faire de notre démarche commune vers un océan Indien prospère et de paix, un capital très précieux ».

Et de poursuivre : « Aujourd’hui, quoiqu’étant l’une des plus petites organisations du monde, la COI n’est pas moins l’une des plus pleines de vie. Elle occupe une place de choix sur l’échiquier international. Et elle reste plus que jamais déterminée à s’affirmer sur tous les plans dans la défense de nos spécificités et dans la transformation des divers aspects de la vie de notre sous-région. Nous sommes restés fidèles à nos valeurs insulaires, comme la fraternité, la solidarité et le sens du partage, que nous défendons régulièrement au fil de nos différentes actions », affirme-t-il.