Le Premier ministre, qui procédait ce matin à l’ouverture de la 27e session du Conseil des ministres de la Commission de l’océan Indien, a présenté officiellement la candidature de Jean Claude de l’Estrac au poste de secrétaire général de la COI. Elle devrait être entérinée cette après-midi malgré la candidature de dernière minute des Comores. S’il est élu, M. de l’Estrac, présenté comme « un fanatique de la coopération régionale », succédera à Callixte d’Offay dès juillet 2012. Navin Ramgoolam a aussi exprimé le voeu de voir Maurice accueillir le sommet de la COI l’année prochaine.
Parmi les ministres et délégués qui ont fait le déplacement à Maurice se trouvent Bakri Ben Abdoulfatah Charif, ministre des Relations extérieures et de la Coopération et chargé de la diaspora, de la francophonie et du monde arabe de l’Union des Comores ; Edouard Courtial, secrétaire d’État français auprès du ministre d’État, ministre des Affaires étrangères et européennes et chargé des Français de l’étranger au titre de la France/Réunion ; Yvette Sylla, ministre des Affaires étrangères de Madagascar et Jean-Paul Adam, ministre des Affaires étrangères des Seychelles. Outre les représentants des cinq États membres (Comores, France/Réunion, Madagascar, Maurice et Seychelles), les principaux bailleurs de fonds et partenaires de la COI sont présents à ce 27e Conseil des ministres. Parmi : l’Union européenne, l’Agence française de développement, l’Organisation internationale de la francophonie, la Banque africaine de développement, la Banque mondiale et le Programme des Nations unies pour le développement.
D’entrée, le Premier ministre a souligné l’importance de la coopération régionale dans un environnement international en pleine crise. « L’intérêt d’un pays doit être l’intérêt de tous », a dit Navin Ramgoolam. Il a aussi mis l’accent sur l’importance de la stabilité politique pour la croissance économique, accueillant ainsi favorablement la signature de la feuille de route sur la sortie de crise à Madagascar.
Le chef du gouvernement a estimé que le retour au régime constitutionnel dans la Grande île permettra de revigorer et redynamiser la coopération dans la région. M. Ramgoolam s’est réjoui de la présence du ministre malgache des Affaires étrangères à la réunion ministérielle de la COI.
Le PM a insisté sur le fait que la COI doit non seulement être le moteur de l’intégration régionale approfondie à tous les niveaux entre les pays de l’océan Indien mais doit aussi coopérer avec d’autres États insulaires en développement pour la promotion des intérêts spécifiques auprès des Nations unies.
« Mon souhait est que tous les petits États insulaires de l’océan Indien, de l’Afrique et des Caraïbes se rapprochent davantage pour une meilleure défense des intérêts spécifiques dans les instances internationales. »
Par ailleurs, Navin Ramgoolam est d’avis que la coopération entre la COI, la SADC et le COMESA est appelée à se renforcer. L’exécution de cette coopération tripartite avec le soutien des partenaires et financiers permettra, selon lui, de créer un marché de 500 millions d’habitants avec de multiples opportunités. « Nous aurions tort de ne pas exploiter la très grande opportunité qui s’ouvre à nos portes en particulier en Afrique australe et orientale, où de nombreux pays connaissent un fort taux de croissance. »
La piraterie, a aussi soutenu le PM, est devenue un problème majeur dans la région. « Elle constitue un danger pour nos activités et pour la sécurité dans la région », a indiqué Navin Ramgoolam, qui a d’ailleurs rendu hommage à l’engagement des Seychelles dans ce combat. « Maurice a signé un accord avec l’Union européenne pour le transfert, la détention et la poursuite des pirates. Nous nous devons d’accorder une priorité à la lutte contre la piraterie. Nous souhaitons que la communauté internationale ne se confine pas à la recherche d’une solution militaire à ce problème alors qu’il trouve sa source dans la pauvreté et l’insécurité qui règnent dans les pays de la corne de l’Afrique. »
Le PM a finalement remercié tous ceux qui ont soutenu Maurice durant sa présidence. Il a félicité Callixte d’Offay et son équipe pour l’excellent travail accompli. Il a exprimé le souhait de Maurice d’abriter le 4e sommet de la COI en 2012 et a annoncé que le pays soumettra pour la première fois sa candidature au poste de secrétaire général de la COI. Le choix a été porté sur « un fanatique de la coopération régionale », a-t-il déclaré, sans cité directement le nom de Jean Claude de l’Estrac, présent ce matin à Sofitel.
Le président sortant Arvin Boolell a lui aussi insisté sur l’importance de la coopération entre la COI et les autres États insulaires en développement. Callixte d’Offay a pour sa part mis l’accent sur l’importance de la mobilisation régionale pour les défis communs.