Dans le sillage de l’investiture du nouveau président de la République de Madagascar, Hery Rajaonarimampianina, la COI travaille déjà sur l’organisation d’une réunion internationale des bailleurs de fonds consacrée à la sécurité alimentaire.
« Après avoir maintenu son appui à Madagascar dans les moments difficiles, la COI est déterminée à contribuer de tout son poids à cette dynamique. L’organisation régionale organisera dès cette année une réunion internationale de bailleurs de fonds et relancera le projet de sécurité alimentaire présenté à la Conférence de Mahajanga en mars 2013 pour que Madagascar retrouve sa place de grenier de l’Indianocéanie dans cette “communauté de destin” évoquée par le président Hery Rajaonarimampianina », a déclaré hier le secrétaire générale de la COI, Jean Claude de l’Estrac.
Une forte délégation de la Commission de l’océan Indien (COI) a assisté à l’investiture du nouveau président malgache, Hery Rajaonarimampianina, samedi dernier. Les États membres de la COI étaient représentés au plus haut niveau : l’Union des Comores, avec le président Ikililou Dhoinine, l’ancien président Azali Assoumani, ancien chef de la mission d’observation électorale de la COI à Madagascar, et le ministre des Affaires étrangères, El-Anrif Said Hassane, par ailleurs président du Conseil de la COI ; la France avec Yamina Benguigui, secrétaire d’État à la Francophonie, Claudine Ledoux, ambassadrice déléguée à la coopération dans l’océan Indien, et Didier Robert, président du Conseil régional de La Réunion ; Maurice avec le président de la République Kailash Purryag et le ministre des Affaires étrangères Arvin Boolell. Enfin, les Seychelles étaient représentées par le vice-président Danny Faure et Jean-Paul Adam, ministre des Affaires étrangères. Le leader du MMM et de l’opposition Paul Bérenger figurait également parmi les invités.
Après avoir participé aux missions d’observation électorale, la COI se félicite de l’aboutissement heureux du processus institutionnel qui constitue un gage de stabilité politique et économique pour le pays et pour l’ensemble de la région.
Jean Claude de l’Estrac, secrétaire général de la COI, s’est réjoui « de l’élan d’espoir et d’optimisme que représente ce nouveau départ pour Madagascar et pour toute l’Indianocéanie ». Il a salué la maturité démocratique du peuple malgache et l’ensemble des acteurs politiques et institutionnels qui ont oeuvré à la restauration de l’État de droit.