Un peu plus deux ans après l’assassinat de Sunfee Loa Kun Cheung, 55 ans, sur la terrasse de sa boutique à Camp-Benoît, Petite-Rivière, ce « Cold Case » est en passe d’être résolu. Le présumé meurtrier, Henoc Isou Aljojah, 29 ans, a été rattrapé en début de semaine par les résultats des analyses ADN du Forensic Science Laboratory (FSL) confirmant sa présence sur les lieux du meurtre dans la soirée du vendredi 14 décembre 2012. Le suspect est en détention policière depuis hier et devait comparaître devant le tribunal de Bambous aujourd’hui pour son inculpation provisoire de meurtre.
Au commencement de l’enquête, ce suspect était dans le collimateur des enquêteurs compte tenu des indications l’impliquant dans cette affaire. Interrogé une première fois, Henoc Isou Aljojah avait nié catégoriquement toute participation dans cette agression mortelle sur la terrasse à l’étage de la maison de la victime. Il n’avait pas été inquiété davantage et avait été autorisé à partir en l’absence de preuves concrètes. En ce début de semaine, les hommes de la Major Crime Investigation Team (MCIT) sont revenus à la charge sur la base des résultats des analyses ADN du FSL. Lors de sa première interpellation, le jeune homme de 29 ans avait subi un prélèvement ADN dans le cadre de l’enquête scientifique. La conclusion des analyses des experts du FSL s’est révélée des plus accablante, l’ADN du suspect correspondant à celles prélevées sur la terrasse du boutiquier.
Soumis à un feu roulant de questions de la MCIT, le suspect devait maintenir sa position, mais compte tenu des preuves scientifiques, il a été placé en détention policière à Rose-Hill avant d’être provisoirement inculpé de meurtre. Selon l’agenda de travail établi par les enquêteurs, Henoc Isou Aljojah devra également être examiné par un médecin légiste.
Le vendredi soir 14 décembre 2012, cette affaire avait choqué le quartier de Camp-Benoît. Sook Choon Loa Kun Cheung, âgée de 51 ans et épouse du boutiquier, avait fait la découverte macabre. Le couple, propriétaire d’une boutique depuis des années sur la route principale de Petite-Rivière, s’occupait de ses derniers clients. À un certain moment, Sunfee Loa Kun Cheung a entendu des bruits suspects provenant de l’arrière-boutique, où se situe son entrepôt, et est allé s’enquérir de la situation. Ne voyant pas son époux revenir, Sook Choon Loa Kun Cheung s’est également rendue dans l’arrière-boutique donnant sur un terrain vague. Arrivée à l’étage de la maison, elle devait découvrir son époux tout près de la terrasse, gisant dans une mare de sang. Dans sa déposition, Sook Choon Loa Kun Cheung avait soutenu aux enquêteurs que des passants lui avaient confié avoir surpris un individu quittant sa maison à toute vitesse.