La Parent Teacher’s Association du Collège du St Esprit, à l’initiative d’Alain Jeannot, membre de l’exécutif de cette instance, a organisé hier le Martin Luther King Day pour la cinquième année consécutive. Cette journée spéciale dans cet établissement qui fête cette année ses 75 ans, a non seulement été l’occasion de rendre hommage au Dr King mais aussi de faire un état des lieux des valeurs qu’il prônait et prendre la mesure du devoir à préserver son riche héritage.
Au cours de l’assemblée d’hier matin à l’intention des élèves de Forms I à IV du Collège du St Esprit, le vice-recteur Lindsay Thomas a évoqué la pertinence des role models comme Martin Luther King, Gandhi et Jésus qui ont su conquérir les coeurs et changer la société dans la durée « sans utiliser un fusil ». Alain Jeannot a pris le relais en rappelant que Martin Luther King était un pasteur baptiste issu d’une longue lignée de pasteurs ; son père, son grand-père et son arrière-grand-père ayant aussi été prédicateurs.
Le membre de l’exécutif de la Parent Teacher’s Association (PTA) a ensuite expliqué comment Martin Luther King a fait le choix de se jeter corps et âme, au péril de sa vie, dans la lutte non violente en faveur des droits civiques après l’arrestation de Rosa Parks. Cette dernière avait refusé de céder sa place assise à un blanc dans un autobus de la Montgomery Bus Service en décembre 1955.
Cette journée de réflexion s’est poursuivie avec un atelier de travail entre les élèves de Lower/Upper et les membres de la PTA, Me Robin Appaya ainsi que les enseignants Patrick Paya et Allan Luchman. Au cours de cette rencontre, Alain Jeannot est revenu sur la vie de Martin Luther King et de son combat.
Me Appaya a pour sa part fait un survol historique des droits civiques aux États-Unis. Se référant au cas Plessy vs. Ferguson, l’homme de loi a expliqué comment la Cour suprême des États-Unis est arrivée, dans son verdict en 1896, à donner raison à la ségrégation dans le transport public sous la doctrine de séparés mais égaux. Il a aussi évoqué le cas Brown qui déboucha sur la déclaration de l’anticonstitutionnalité de la ségrégation raciale en Amérique. Il a fait référence à la Constitution de Maurice qu’il a qualifiée comme étant une des meilleures en termes de protection des droits civiques.
Alain Jeannot a ensuite fait une présentation des quatre pistes de réflexion proposées soit la fraternité, l’unité et le savoir-vivre dans la diversité, les convictions, et la nature corrosive de l’injustice. Une activité qui a fait appel à la participation des élèves et les a renvoyés à leurs responsabilités en temps que professionnels et décideurs de demain.
Le membre de l’exécutif de la PTA a par ailleurs souligné que les droits civiques sont comme la santé : « Ils ne sont jamais acquis et doivent constamment être entretenus et scrupuleusement préservés. Nous prenons la mesure de leur importance que lorsque nous en sommes privés ! »
Le discours de Martin Luther King « I have a dream » a été projeté. Un échange de points de vue autour du contexte historique du discours et de son incidence sur sa contribution à la signature des Civil Rights Act et Voting Rights Act en 1964 et 1965 respectivement a ensuite eu lieu.