Le Service diocésain de l’Éducation catholique (SeDEC) rejette le terme « falsification des points » dans les résultats de l’an dernier d’un groupe d’élèves de Prévoc du Collège La Confiance. Pour rappel, un enseignant des élèves concernés allègue qu’il y a eu « forgery » étant donné, dit-il, que les points sont encore en sa possession et a consigné il y a quelques jours une déposition au CCID contre la direction de l’école. En revanche, le SeDEC parle de « confusion » au sujet des points soumis au MES.
« Il n’y a pas de cover-up. L’enquête interne s’est déroulée dans la transparence. Nous n’avons rien à cacher et nous avons dit que nous allons collaborer entièrement avec la police », réplique le SeDEC au syndicat du personnel des collèges confessionnels. Lors d’une conférence de presse, ce syndicat s’est demandé s’il n’y avait pas de « cover-up » de la part de la direction de l’Éducation catholique concernant cette affaire. Le SeDEC tient à rassurer les parents et le public en général que « toute entorse à la déontologie professionnelle est prise au sérieux ».
Selon le SeDEC, le comité d’enquête a conclu que « la charge de forgery ne peut être retenue puisque les points envoyés au MES n’ont pas été faussés tels quels », en ne manquant pas de faire ressortir que « l’enseignant a déclaré que les points et les évaluations sont toujours en sa possession ».
Le SeDEC explique que les points soumis au MES, d’après les conclusions du comité d’enquête, sont « une combinaison de points tirés des évaluations internes et travaux pratiques des élèves » à partir des marksheets disponibles à l’école pour toutes les matières, en ne manquant pas de faire ressortir que ces évaluations continues, « ont été corrigées », entre autres, « par l’enseignant de Sciences qui a logé la plainte ».
Cependant, le SeDEC évoque une certaine « confusion relativement aux points soumis au MES » et dit en avoir informé l’organisme d’examen. Dans le sillage de ce problème, le SeDEC dit qu’il a demandé au MES de « renvoyer des consignes claires à tous les collèges » et qu’il a aussi demandé conseil à l’organisme d’examen concernant ce problème spécifique. Le SeDEC affirme qu’il a informé les autorités concernées au sujet de cette affaire de points d’élèves du Prévoc au Collège La Confiance, notamment la PSEA et le ministère de l’Éducation. « Toute mesure de remédiation venant des autorités concernées, s’il y en a, sera suivie », affirme le SeDEC.
Par ailleurs, la direction du SeDEC ne veut pas réagir au sujet des critiques très sévères à l’encontre de Jimmy Harmon, son assistant directeur, et directeur du secteur secondaire catholique, faites par le syndicat du personnel enseignant et non-enseignant lors du Teachers Day. La Secondary and Preparatory Schools Teachers and Other Staff Union avait réclamé ce jour-là la démission de Jimmy Harmon. « Nous réagirons en temps et lieu », dit un responsable du SeDEC.