Le collège Victoria à Rose-Hill a été sommé d’arrêter ses opérations à partir d’aujourd’hui car la Private Secondary Education Authority (PSEA) estime que le bâtiment ne répond pas aux normes de sécurité. Les parents des élèves doivent se rendre à l’autorité concernée aujourd’hui pour trouver un nouveau collège pour leurs enfants. Toutefois, Samuel Yeung, en clinique au moment où la décision a été prise, ne compte pas baisser les bras. Il affirme qu’il s’agit d’une décision « unilatérale » de la PSEA, qui ne lui a « même pas donné le temps de faire les réparations » demandées.

Le collège Victoria, qui compte 65 années d’existence, doit fermer ses portes à partir d’aujourd’hui. Telle a été la décision communiquée par la PSEA vendredi après-midi. Qui plus est, le propriétaire de l’établissement, Samuel Yeung, affirme que la décision a été prise en son absence. Il a été admis en clinique jeudi dernier, suite à un malaise cardiaque. Mais la PSEA, qui avait réclamé des réparations au plus tard le 30 janvier, a tranché. Un communiqué a été émis vendredi après-midi, demandant aux parents de venir chercher leurs lettres à la PSEA, pour l’attribution de nouveaux collèges.

Samuel Yeung affirme avoir reçu la visite des inspecteurs de la PSEA suite aux pluies torrentielles de janvier, qui ont abîmé la toiture du couloir au premier niveau. « Le 23 janvier, j’ai reçu une lettre me demandant de faire les réparations nécessaires au plus tard le 30 janvier, en dehors des heures de classe. Mais alors qu’on avait à peine commencé, la PSEA nous a convoqués pour une réunion le 2 février, nous demandant d’apporter la liste des élèves ainsi que leurs adresses. »

Entre-temps, le collège a également reçu la visite du chef ingénieur des Infrastructures publiques, le 26 janvier. Selon Samuel Yeung : « Il n’a passé que cinq minutes à l’école et m’a dit qu’il fallait faire une inspection du bâtiment par la suite. Mais voilà que la PSEA m’apprend plus tard qu’il y a eu rapport négatif sur l’état du bâtiment et qu’il fallait fermer. J’ai demandé une copie du rapport à la PSEA mais on me l’a refusée. »

Samuel Yeung affirme avoir fait un malaise le 1er février et s’est retrouvé en clinique. Son épouse, qui l’avait remplacé à une réunion à la PSEA, n’a rien pu faire. « On lui a demandé d’aller chercher la liste des élèves. Le temps qu’elle revienne à la PSEA, la réunion était levée, la décision était déjà prise. »

Sollicité sur la question, Shiv Luchoomun, directeur de la PSEA, soutient que la décision de fermer le collège Victoria a été prise sur avis des ingénieurs du MPI. « Il est vrai qu’on avait demandé des réparations, mais la lettre du 23 janvier mentionne également qu’un ingénieur allait venir faire des inspections. Comme le bâtiment a été déclaré “unsafe”, nous n’avions d’autres choix que de fermer. Il faut penser à la sécurité des enfants. »

Tout en reconnaissant que le bâtiment était ancien, Samuel Yeung regrette qu’on ne lui ait pas donné le temps nécessaire pour les réparations. Il plaide pour les 150 élèves fréquentant cet établissement. « Ces enfants qui sont ici ont souvent été refoulés ailleurs. Qui plus est, nous accueillons des enfants avec handicap et nous donnons un petit-déjeuner le matin, car la plupart d’entre eux viennent de familles pauvres. Je n’ai jamais demandé un sou à la PSEA pour cela. Quelle sera leur situation dans un autre collège ? »
Il fait également ressortir qu’en dépit de son statut de « petit collège », l’établissement collectionne environ 30 à 40 trophées dans plusieurs compétitions intercollèges. « Nous avons rivalisé avec les grands. L’année dernière, au National Drama Festival, nous avons remporté cinq prix sur six. Nous avons aussi produit des personnes qui ont brillé, comme Bruno Julie, qui avait commencé la boxe au collège et Jack Bizlall, entre autres. »
Samuel Yeung laisse entendre que pour lui, il n’y a pas de procédures de fermeture « équitable ». Il prévoit donc d’avoir recours à la justice pour contester la décision de la PSEA.

Colère des parents à la PSEA
Les locaux de la Private Secondary School Authority, d’habitude calmes, ont connu une certaine agitation pendant la matinée aujourd’hui. En effet, la centaine de parents d’élèves du Collège Victoria, pris au dépourvu tard dans l’après-midi de vendredi dernier par l’annonce officielle de la fermeture de cet établissement, ont fait part de leur colère aujourd’hui aux autorités concernées. La PSEA, l’organisme de contrôle du secondaire privé, leur avait demandé de venir prendre aujourd’hui la lettre pour l’admission dans un autre collège de la région. Cependant, ils ne sont pas satisfaits de l’école obtenue. Au total, 173 élèves sont concernés par ce changement d’école. La PSEA les a dirigés entre autres vers le Collège Patten et New Devon College. Mais leurs parents se sont donné rendez-vous à la même heure au bureau de cet organisme, à Beau-Bassin, pour protester contre cette décision inattendue près d’un mois après le début de l’année scolaire. Ils ont énuméré les raisons pour lesquelles ils insistent sur la poursuite des études dans la même école, notamment des difficultés quant à l’adaptation ainsi que l’achat de l’uniforme et des manuels scolaires, sans oublier l’attention individuelle offerte à leurs enfants.
Les responsables de la PSEA ont écouté leurs doléances et les ont rassurés quant à la continuation des études de leurs enfants dans de « bonnes conditions et en toute sécurité » dans l’école octroyée. Le manager du collège était aussi présent ce matin à la PSEA pour tenter de « calmer » certains parents.