Les enseignants et autres membres du personnel du Collège Victoria ont reçu hier leur lettre de redéploiement de la Private Secondary Education Authority (PSEA). Certains ont été nommés dans des collèges et d’autres dans des départements du gouvernement. Du côté des parents, c’est toujours l’insatisfaction, même si les élèves ont été placés dans d’autres collèges. Ils réclament notamment le remboursement des paiements liés aux uniformes et manuels.

Une nouvelle réunion des parents des ex-élèves du Collège Victoria, contraint de fermer ses portes la semaine dernière, a eu lieu hier. Le but était de les aider à faciliter l’adaptation de leurs enfants dans le nouveau collège attribué par la PSEA. Les ex-élèves du collège ont été redéployés aux collèges Patten et New Devton. Cependant, beaucoup de parents ne sont pas satisfaits de ce choix que leur a imposé la PSEA. « Nous avons tout de même conseillé aux parents d’envoyer leurs enfants dans ces collèges car il n’est pas question qu’ils restent à la maison. C’est pour cela que nous faisons cette réunion pour voir quels sont les problèmes auxquels ils font face et les aider à les résoudre », dit Samuel Yeung, propriétaire du Collège Victoria.

En revanche, les parents attendent toujours le remboursement des frais liés à la rentrée 2018 au Collège Victoria. Lors d’une mobilisation à la PSEA la semaine dernière, ils avaient fait valoir qu’ils avaient déjà notamment payé les uniformes pour la rentrée scolaire. La PSEA avait alors laissé comprendre que ces frais « seraient remboursés ». Elle ajoute : « Mais il y a des parents qui se sont rendus à la PSEA et on leur a demandé de patienter. »
Une vingtaine d’employés ont été redéployés ailleurs. Les 12 enseignants ont été envoyés dans d’autres collèges dans différentes régions, alors que les huit membres du personnel non-enseignant ont été placés dans des départements du gouvernement. On sait que, selon les règlements dans ce secteur, quand un collège ferme ses portes, le personnel est redéployé dans une autre institution.

Par ailleurs, Samuel Yeung n’abandonne pas l’idée d’une plainte contre la PSEA concernant cette fermeture. Selon lui, cette fermeture n’a pas été faite selon les règles. Il est déjà en consultation avec des hommes de loi et logera sa plainte après la fête du printemps. « Je ne vais pas accepter cette fermeture brutale. Le Collège Victoria est une institution comptant 65 ans d’existence. On ne peut décider de sa fermeture du jour au lendemain », a-t-il dit.

Quant à savoir s’il y a une possible réouverture du collège s’il obtient gain de cause en cour, Samuel Yeung laisse entendre que c’est une option difficile. « Même si beaucoup de parents m’ont dit qu’ils renverront leurs enfants au collège si on rouvre, je ne pense pas que ce soit une bonne chose pour eux. On ne peut basculer les enfants d’un collège à un autre comme cela. De même, les employés ont été éparpillés. Mais je me bats car je sens que cette décision de la PSEA m’a porté préjudice », explique-t-il.

Signalons également que les parents et le propriétaire du Collège Victoria sont soutenus dans leurs démarches par la Commission éducation du MMM. Une conférence de presse a d’ailleurs eu lieu hier au collège pour dénoncer la manière dont la fermeture du collège a été faite.