Des collèges privés faisant face depuis plusieurs années à une baisse drastique d’élèves dans leur main stream (Form I à V) essaient de faire le plein au niveau de la filière Prevocational pour continuer à percevoir des grants, évitant par là-même une éventuelle fermeture. Certains d’entre eux n’hésitent  pas à débaucher des élèves ayant obtenu leur admission dans une autre école et cette pratique provoque alors un manque d’élèves dans cette filière dans d’autres collèges. La Private Secondary School Authority vient d’envoyer une lettre à une quinzaine de managers pour les avertir qu’elle ne financera pas la scolarité des élèves n’ayant pas obtenu l’admission  chez eux. C’est le branle-bas dans les collèges concernés.
Comme il le fait pour l’admission en Form I, le MES établit la liste d’admissions dans la filière Prevocational dans les collèges d’Etat et privés.  Mais il revient au ministère de l’Éducation d’envoyer par la suite aux parents la lettre d’admission et de communiquer bien entendu aux collèges les noms des enfants concernés. Il y a cette année 2 423 nouveaux admis (1 571 garçons et 852 filles), mais selon nos informations, la répartition d’élèves se révèle inégale. Alors que des collèges ont eu seulement une quinzaine d’élèves en Year I – tout juste le nombre minimum autorisé pour bénéficier des grants – le nombre de nouveaux admis dans d’autres établissements dépasse largement le chiffre de 40.  
En principe, d’après les règlements de la PSSA, pour chaque classe d’élèves en Prevoc, un collège doit obligatoirement avoir une classe d’élèves dans le main stream. A titre d’exemple, si l’établissement a une classe d’élèves en Year I, il doit y avoir au moins une classe d’élèves en Form I et, s’il en a deux classes en Year I, il doit y avoir également deux classes de Form I. En outre, que ce soit pour le main stream ou pour le département Prevoc, le nombre d’élèves par classe ne doit pas être inférieur à 15. S’agissant du Prevocational, la PSSA autorise un maximum de 25 élèves par classe.
Dans les faits, plusieurs collèges privés font fi du  règlement concernant le nombre d’apprenants. Prenons le cas de Medco Trinity, qui a recruté seulement… cinq élèves en Form I, soit deux de moins que l’année dernière. Toutefois, cet établissement, situé à Abercrombie, a obtenu une quarantaine d’admissions en Year I pour la filière Prevocational. Deux collèges dans le nord ont eu chacun le double du nombre d’élèves qui figuraient sur la liste avalisée par le ministère.
C’est pendant l’exercice d’un relevé d’élèves en Prevocational que des officiers de la PSSA découvrent que les procédures pour le recrutement des nouveaux élèves n’ont pas été respectées dans un bon nombre de cas. Il manque des lettres d’admissions provenant du ministère pour certains élèves figurant sur le registre de l’école. D’autre part, pour tout cas de transferts d’élèves, les autorités doivent en être informées afin de vérifier si les requêtes des parents pour un changement d’école sont justifiées. « Nous agréons aux demandes de transferts dans des genuine cases »,  rassure un officier de la PSSA. « Si l’école obtenue est éloignée du domicile de l’enfant et qu’il y a un problème de transport ou s’il s’agit d’un problème de santé, nous considérons la demande. On accepte aussi si un enfant veut se retrouver dans la même école que celle de sa soeur ou de son frère », explique cet officier.  
Selon ce relevé de la PSSA, un peu plus de 200 élèves en première année de Prevoc ont changé d’école sans la lettre d’autorisation de la PSSA. Cet organisme de contrôle du secondaire privé se demande pourquoi les collèges ayant accueilli ces élèves ne l’ont pas informé à ce sujet. Le cas qui suscite le plus d’interrogations parmi ses officiers est celui de ce collège de l’est. « Il y a 80 élèves sans lettre d’admission », disent-ils.   
Dans les milieux de cet organisme, on cite les noms de quelques établissements qui seraient “notorious” pour leur méthode de recrutement d’élèves en raison de leurs propositions séduisantes aux parents. En effet, pour décourager ces derniers à aller ailleurs, ils  offrent gratuitement sac d’école, uniformes et matériel scolaire, ainsi que d’autres formes d’aides pour la scolarité de leurs enfants.
La PSSA a décidé de mettre un frein à ce qui ressemble à du débauchage d’élèves dans cette filière. Ainsi, les collèges qui ne sont pas en règle avec les procédures d’admissions ont été informés qu’ils n’obtiendront pas de grants pour les élèves n’ayant pas présenté de lettre d’admission. « Nous ne paierons pas de sous en plus », affirment des cadres de cet organisme, en soulignant que le ministère est déjà au courant de la décision. « Les responsables de ces collèges doivent prendre leurs responsabilités et savent parfaitement ce qu’ils doivent faire pour être en règle », ajoutent-ils. Cet avertissement de la PSSA a provoqué quelques agitations dans les collèges concernés et des managers mécontents ont fait savoir hier à certains cadres de cet organisme qu’ils iront se plaindre auprès du ministère de tutelle.