Même s’ils ont commencé tardivement cette année l’évaluation annuelle des facilités existantes dans les collèges percevant les subventions de l’État, les officiers de la PSSA affichent la satisfaction du travail entrepris jusqu’ici. Il ne leur reste qu’une dizaine de collèges à inspecter. Pour rappel, ces derniers mois certains membres de la Fédération des managers des collèges privés ont insisté sur la mise en pratique d’une nouvelle formule d’inspection où celle-ci sera confiée aux collèges eux-mêmes pendant une période de trois ans. Cette formule, contestée à l’intérieur de la PSSA, figure parmi les propositions pour la réorganisation de cet organisme.
Afin de déterminer le montant de subventions auquel chaque collège a droit chaque année, la PSSA, l’organisme de contrôle du secondaire privé, entreprend annuellement une inspection intitulée « Assessment of physical and recreational facilities ». Or, parmi les recommandations figurant dans un récent rapport sur la réorganisation de cet organisme, il est fait mention d’une nouvelle formule d’inspection, soit l’autoévaluation. Cette proposition se lit comme suit : « Empower schools and reinforce the partnership process by, interalia, allowing schools to carry out their self-assessment of facilities for a period of three years as per the assessment criteria laid down. Random checks will, however, be the norm. » Une proposition qui a donné lieu à une polémique ces derniers mois tant à l’intérieur de la PSSA que dans les collèges, et retardant du coup le début de l’inspection habituelle. Les officiers de la PSSA, qui protestent contre une éventuelle « autoévaluation », soutiennent que ce système serait à l’encontre des principes de bonne gouvernance et d’accountability. L’Office of Public Sector Governance a également exprimé ses réserves vis-à-vis de cette idée que les collèges puissent entreprendre eux-mêmes cette évaluation. L’opinion de cet organisme a pesé dans cette décision d’autoriser finalement les Supervisors de la PSSA à aller dans les collèges pour l’inspection.
Selon nos informations, c’est durant les vacances d’août que les officiers de la PSSA ont commencé réellement l’inspection de 2014 et ils sont allés très vite en besogne. Valeur du jour, les Supervisors ont encore une dizaine de collèges à visiter à Maurice et six autres à Rodrigues. « En réalité il n’y a qu’une poignée de managers qui insistent pour l’entrée en vigueur du self-assessment. La majorité des collèges attendaient que nous venions chez eux pour l’inspection et nous avons été bien accueillis. Dans l’ensemble nos conseils ont été bien reçus. Nous avons déjà visité plus de 75 % des 97 collèges bénéficiant des subventions », affirment ces officiers.
D’autre part, des membres du board de la PSSA soutiennent que cette instance de direction ne s’est pas réunie depuis trois mois alors qu’il y a plusieurs plaintes contre des managers des collèges ainsi que des questions urgentes à régler et relatives au fonctionnement de la PSSA. Ils citent à titre d’exemple le manque de personnel et l’implication légale de la mise en pratique de certaines recommandations du rapport « Rethinking and stategizing PSSA’s Corporate & Internal Policies and Actions ».