La cour de district de Pamplemousses a trouvé coupable un chauffeur d’autobus, qui était accusé d’avoir « on 09 February 2010, unlawfully driven motorbus 5312 SP 08 without due care and attention, in breach of Sections 123 C (1) (a) and 52 of the Road Traffic Act. » Dans son jugement, la Senior Magistrate A. Hamuth déclare que « the accused has departed from the standard of a reasonable, competent and prudent driver in all the circumstances of the case and I accordingly find him guilty as charged. »
Le chauffeur a plaidé non coupable à l’accusation. Selon les faits, la moto, sur laquelle il y avait deux personnes, aussi bien que l’autobus, roulaient sur la route côtière de Trou-aux-Biches en venant de Mon-Choisy. Le deux-roues se trouvait devant le gros véhicule, de sorte que l’un était conscient de la présence de l’autre.
Dans leur version, le pilote et le passager arrière de la moto ont soutenu que leur engin roulait à un pied du bord sur le côté gauche de la route. A un certain moment, l’autobus est entré en collision avec l’arrière de la moto. Sous l’impact, celle-ci d’est retrouvée au milieu de la route. De plus, les deux témoins ont dit que le moteur de l’autobus « ronflait » derrière eux, ce qui leur a donné l’impression que le véhicule accélérait. Ils ont tous deux nié le fait qu’ils ont bifurqué sur la droite pour aller à la rencontre de quelqu’un d’autre.
L’accusé n’a pas témoigné en cour. Dans sa déclaration donnée à la police, il a expliqué qu’il s’est arrêté à l’arrêt se trouvant à la hauteur de l’hôtel Tarisa. Lorsqu’il a redémarré, il roulait à environ 40 km/h, lorsqu’il a noté la présence de la moto devant son véhicule. Celle-ci, soutient-il, roulait doucement à un mètre du bord de la route. A un certain moment, a-t-il continué, il a remarqué qu’il y avait de l’autre côté de la route deux motos dont les pilotes ont semblé faire un signal à celui qui était devant l’autobus. A un certain moment, le pilote a tenté d’effectuer un u-turn sans s’assurer que la voie était libre pour effectuer cette opération. L’autobus, toujours selon l’accusé, était arrivé à trois mètres de la moto lorsque celle-ci a commencé à tourner. Il a essayé de bifurquer sur la droite pour éviter une collision.
Dans son rapport, l’examinateur de la police a indiqué avoir noté que des dommages ont été causés sur la partie arrière de la moto. D’où les conclusions de la magistrate.