Lors d’une séance spéciale hier, les conseillers de la municipalité de Port-Louis ont adopté à l’unanimité les propositions du lord-maire, Aslam Hossenally, au sujet du dossier des marchands ambulants. Ces derniers, interdits d’opérer à la suite d’un ordre de la Cour suprême, attendent la livraison de deux sites créés afin de les reloger.
Le relogement des marchands ambulants devrait se faire à la suite d’un tirage au sort au Mauritius Turf Club (MTC), Port-Louis, pour l’allocation des étals. Sur plus d’un millier de postulants, seuls 600 noms ont été retenus. Toutefois, selon Hyder Raman, président de la Street Vendors Association (SVA), le nom de nombreux marchands de rue dits « genuine », n’y figurent pas. Par ailleurs, le nom d’un colporteur y est listé à deux reprises.
« Plus d’une quarantaine de demandes ne comportaient pas de signatures. C’est peut-être ce qui explique que de nombreux formulaires n’ont pas été retenus », a expliqué Aslam Hossenally. D’où la décision du nouveau conseil de la municipalité de Port-Louis (MPL) lancer un deuxième exercice d’Expression of Interest à l’intention des marchands ambulants qui, lors du précédent exercice, n’ont pas rempli les formulaires adéquatement ou dont les noms n’ont pas été retenus. À cela, le conseiller du MSM, Rajiv Servansingh, indique que vu le nombre de places disponibles sur les deux sites de relogement, la MPL se doit de lancer un nouvel appel à candidatures.
Les postulants devront fournir des preuves de leurs activités de colporteurs durant les trois dernières années. « La dernière survey list à la MPL remonte à 2009. Toutefois, des Hawkers ont présenté des attestations délivrées par la MPL en 2001. Nous n’avons aucune certitude qu’ils ont travaillé ces dernières années », explique-t-on au sein du conseil. D’où la décision d’imposer de nouveaux critères de sélection. Des comités de travail présidés par le lord-maire ont été mis en place en ce sens. Les formulaires d’application seront disponibles sous peu, indique-t-on.
La séance spéciale du conseil s’est déroulée sans anicroches. À noter qu’une partie de réunion s’est tenue à huis clos.